Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’anus

Vous êtes ici:

Traitements du cancer de l’anus récidivant

En présence d’une récidive de cancer de l’anus, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement. Les options de traitement varient selon que le cancer réapparaît dans l’anus ou près de celui-ci (on parle alors de récidive locale) ou qu’il réapparaît dans une autre partie du corps éloignée de l’anus (on parle alors de métastase à distance).

Récidive locale

Les options de traitement offertes dans le cas d’une récidive locale du cancer de l’anus dépendent de ceux utilisés pour traiter la tumeur d’origine (primitive).

On administre habituellement de la chimioradiothérapie lorsque le seul traitement employé pour enlever la tumeur d’origine était la chirurgie. La chimioradiothérapie est un traitement qui consiste à administrer une chimiothérapie et une radiothérapie au cours de la même période. On administre habituellement de la radiothérapie externe une fois par jour pendant 5 à 6 semaines. Les médicaments les plus fréquemment employés durant cette période sont le 5-fluorouracile (5-FU, Adrucil) et la mitomycine (Mutamycin). Parfois, on donne de la capécitabine (Xeloda) au lieu du 5-fluorouracile.

On peut effectuer une chirurgie pour enlever une récidive locale si la tumeur d’origine avait été traitée par chimioradiothérapie. On pratique une résection abdominopérinéale pour enlever le rectum, l’anus, le sphincter anal et les muscles autour de l’anus. On peut pratiquer une excision locale large en cas de récidive locale d’un cancer de la peau péri-anale.

On peut administrer une chimiothérapie employée seule si la tumeur d’origine avait été traitée par chimioradiothérapie et qu’on ne peut pas avoir recours à la chirurgie pour enlever la récidive. Les agents chimiothérapeutiques les plus souvent employés sont le 5-fluorouracile et le cisplatine (Platinol AQ). Ils sont administrés par voie intraveineuse toutes les 4 semaines.

Métastases à distance

Il n’y a pas de traitement standard pour les métastases à distance. Le but du traitement est de maîtriser la maladie et de soulager les symptômes (c’est ce qu’on appelle un traitement palliatif).

On peut administrer de la chimiothérapie employée seule ou dans le cadre d’une chimioradiothérapie. Les agents chimiothérapeutiques les plus souvent employés sont le 5-fluorouracile et le cisplatine. Ils sont administrés par voie intraveineuse toutes les 4 semaines. En général, on poursuit le traitement tant que le cancer ne grossit et ne se propage pas et tant que vous pouvez tolérer les effets secondaires.

On peut avoir recours à la chimioradiothérapie pour maîtriser les symptômes tels que la douleur et les saignements causés par une tumeur à l’anus. Ce traitement consiste à administrer une chimiothérapie et une radiothérapie au cours de la même période. La durée de la chimioradiothérapie dépend de son efficacité à maîtriser les symptômes. On administre habituellement de la radiothérapie externe une fois par jour ainsi que l’une des associations chimiothérapeutiques suivantes :

  • 5-fluorouracile et cisplatine
  • capécitabine (Xeloda) et cisplatine

On peut pratiquer une excision locale large pour enlever une tumeur de l’anus qui provoque des symptômes comme de la douleur et des saignements. Cette opération consiste à enlever la tumeur ainsi qu’une partie du tissu sain qui l’entoure (ce qu’on appelle la marge chirurgicale).

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur le cancer de l’anus. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Dr Robert Bristow La recherche du Dr Robert Bristow sur le cancer de la prostate pourrait servir à la personnalisation du traitement.

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus