Cancer de l’anus

Vous êtes ici:

Recherche sur le cancer de l’anus

On en apprend toujours plus sur le cancer. Les chercheurs et les professionnels de la santé se servent de ce qu’ils ont appris lors des études de recherche pour élaborer de meilleures pratiques qui aideront à prévenir, détecter et traiter le cancer de l’anus.

Le texte qui suit traite de différentes recherches qui se révèlent prometteuses dans la lutte contre le cancer de l’anus. Nous avons inclus de l’information qui provient de PubMed, la base de données de recherche de la National Library of Medicine (NLM). Chaque article scientifique de PubMed comporte un numéro d’identification (PMID) dont le lien mène à un bref résumé (Abstract, en anglais). L’information sur les essais cliniques en cours au Canada est tirée des sites Web Essais canadiens sur le cancer et ClinicalTrials.gov. On attribue aux essais cliniques un identifiant de la NLM appelé numéro d’essai clinique national (NCT).

Réduction du risque de cancer de l’anus

Des chercheurs tentent de trouver des moyens de réduire le risque de cancer de l’anus en traitant les changements précancéreux de l’anus (ClinicalTrials.gov, NCT02135419).

Apprenez-en davantage sur la recherche sur la réduction du risque de cancer.

Détection précoce du cancer de l’anus

Des chercheurs tentent de trouver comment détecter le cancer de l’anus à un stade précoce, soit avant que vous n’observiez des signes ou des symptômes. Lorsque le cancer est détecté et traité à ses débuts, les chances de réussite du traitement sont meilleures. Voici des recherches importantes sur la détection précoce du cancer de l’anus.

Le dépistage du cancer de l’anus chez certains groupes de personnes présentant un risque élevé pourrait aider à détecter les changements précancéreux et le cancer de l’anus à un stade précoce (International Journal of STD & AIDS, PMID 23970583; Journal of Lower Genital Tract Disease, PMID 26103446).

L’anuscopie à haute résolution (HRA) pourrait s’avérer utile chez les hommes séropositifs pour le VIH qui présentent un risque élevé de cancer de l’anus. Elle pourrait constituer un moyen de détecter les états précancéreux ou le cancer de l’anus à un stade précoce et d’amorcer un suivi chez ces hommes (AIDS, PMID 24441516). Une étude a révélé qu’avoir recours à la HRA lors du suivi des personnes atteintes de cancer de l’anus réduisait les chances de récidive de ce cancer dans toutes les régions de l’anus (European Journal of Cancer Care, PMID 24373061).

Apprenez-en davantage sur la recherche sur le dépistage et la détection précoce du cancer.

Diagnostic et pronostic

Un domaine clé de la recherche porte sur de meilleures méthodes pour diagnostiquer et stadifier le cancer de l’anus. Des chercheurs tentent également de trouver des façons d’aider les médecins à établir un pronostic (probabilité que le cancer puisse être traité avec succès ou qu’il réapparaisse après le traitement). Voici des recherches importantes sur le diagnostic et le pronostic.

L’association de la TEP et de la TDM peut aider les médecins à stadifier le cancer de l’anus avec précision et à planifier le traitement (International Journal of Radiation Oncology, Biology, Physics, PMID 22592047; Annals of Surgical Oncology, PMID 25652048).

La biopsie du ganglion sentinelle pourrait être un moyen de diagnostiquer avec précision le carcinome de l’anus qui s’est propagé aux ganglions lymphatiques de l’aine (appelés ganglions lymphatiques inguinaux). Le pronostic du carcinome de l’anus s’étant propagé aux ganglions lymphatiques est sombre. Ce cancer est habituellement traité par radiothérapie dirigée vers l’aine. En sachant que le cancer de l’anus ne s’est pas propagé aux ganglions lymphatiques, les médecins peuvent éviter de traiter inutilement l’aine par radiothérapie (International Journal of Surgery, PMID 23872032).

Les personnes séropositives pour le VIH atteintes d’un carcinome de l’anus présentent un risque de récidive plus élevé que les personnes séronégatives pour le VIH atteintes d’un carcinome de l’anus (Journal of Gastrointestinal Cancer, PMID 24014082).

La TEP est un examen d’imagerie nucléaire. Elle pourrait aider les médecins à établir un pronostic chez les personnes atteintes de cancer de l’anus qui sont traitées par chimioradiothérapie (British Journal of Cancer, PMID 21792197). Apprenez-en davantage sur la tomographie par émission de positrons (TEP).

Apprenez-en davantage sur la recherche sur le diagnostic et le pronostic.

Traitement

Les chercheurs étudient de nouvelles méthodes qui pourraient améliorer le traitement du cancer de l’anus. Les progrès effectués en traitement du cancer ainsi que les nouveaux procédés permettant de soulager les effets secondaires ont engendré une hausse de la qualité de vie et un meilleur pronostic pour de nombreuses personnes atteintes de cette maladie. Voici des recherches importantes sur le traitement du cancer de l’anus.

Le lambeau du pli fessier (GFF) est un lambeau de tissu particulier que les chirurgiens utilisent en chirurgie reconstructive. Une étude récente a montré que les chirurgiens pouvaient employer cette nouvelle technique pour reconstruire la région périnéale après une chirurgie pour traiter le cancer de l’anus (Journal of Plastic, Reconstructive & Aesthetic Surgery : JPRAS, PMID 23490978).

L’excision locale pourrait être employée pour traiter le cancer de l’anus localisé. Selon une étude, effectuer une excision locale pour retirer le cancer de l’anus avant d’avoir recours à la chimioradiothérapie ne semblait pas apporter d’avantages comparativement à la chimioradiothérapie employée seule (Anticancer Research, PMID 24023357).

On peut effectuer une chirurgie de rattrapage pour retirer le cancer qui reste encore dans l’organisme après le recours à la chimioradiothérapie comme traitement principal. Selon la recherche, la chirurgie de rattrapage améliorerait la survie à long terme (Colorectal Disease, PMID 23522325).

La radiothérapie inguinale prophylactique décrit une radiothérapie dirigée vers les ganglions lymphatiques de l’aine (appelés ganglions lymphatiques inguinaux) et administrée avant que l’on ait détecté de cancer dans ces ganglions. À ce jour, les études indiquent qu’un tel traitement peut prévenir la récidive du cancer de l’anus dans ces ganglions lymphatiques et qu’il devrait être recommandé en présence de tumeurs de stade T3 et T4. La radiothérapie inguinale prophylactique pourrait aussi aider à prévenir la récidive de certains cancers de l’anus à un stade précoce dans les ganglions lymphatiques inguinaux (Diseases of the Colon and Rectum, PMID 24819097).

Des chercheurs s’intéressent à des protocoles de chimioradiothérapie pour les personnes séropositives pour le VIH qui sont atteintes du cancer de l’anus. Ils tentent de trouver les protocoles qui sont les plus efficaces et les plus sécuritaires. De nombreuses études indiquent que les personnes qui sont séropositives pour le VIH peuvent recevoir le même traitement que les personnes séronégatives pour le VIH. Il semble que les personnes de ces 2 groupes composent de la même manière avec la chimioradiothérapie et ses effets secondaires (Diseases of the Colon and Rectum, PMID 24608297).

Apprenez-en davantage sur la recherche sur la chirurgie du cancer, la recherche sur la chimiothérapie et la recherche sur la radiothérapie.

Pour en apprendre davantage sur la recherche sur le cancer

Les chercheurs tentent toujours d’en savoir davantage sur le cancer de l’anus. L’essai clinique est une étude de recherche lors de laquelle on évalue de nouvelles façons de prévenir, de détecter ou de traiter le cancer de l’anus. L’essai clinique permet d’obtenir des renseignements sur l’innocuité et l’efficacité de nouvelles approches afin de déterminer si elles doivent être offertes à plus grande échelle. La plupart des traitements standards du cancer de l’anus ont d’abord démontré leur efficacité en essai clinique.

Apprenez-en davantage au sujet de la recherche sur le cancer et les essais cliniques.

localisé

Se dit d’un cancer qui est circonscrit ou confiné à son emplacement initial (siège primitif) et qui ne semble pas se propager aux tissus avoisinants.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Jessie Lee-McIsaac Prévenir le cancer par des politiques de vie saine en milieu scolaire

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus