Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Sexualité et cancer

Le cancer et son traitement peuvent affecter votre sexualité et votre fonction sexuelle. Ils peuvent aussi affecter votre partenaire sexuel et votre relation. Pour de nombreuses personnes, la sexualité est un sujet personnel dont il est difficile de parler ouvertement, que ce soit avec un partenaire sexuel ou un professionnel de la santé. Mais parler ouvertement et franchement de sexualité vous offre les meilleures chances de faire face à tout changement sexuel engendré par le traitement du cancer.

La sexualité fait partie de notre vie quotidienne, mais elle est loin de se limiter à l’acte lui-même ou à la reproduction. La sexualité, c’est aussi notre besoin de rapprochement, d’intimité, d’attention et de plaisir, ainsi que notre libido, notre identité et nos préférences sexuelles.

Votre partenaire et vous pouvez même penser que la sexualité ne devrait pas être si importante à ce moment-là. Il est vrai que certaines personnes ne pensent pas au sexe pendant qu’elles combattent le cancer. Mais il est important de noter que la sexualité et toute l’affection et l’attention qui l’accompagnent peuvent être synonymes de vie.

Comprendre la réponse sexuelle

Savoir comment nos corps réagissent sexuellement peut aider à comprendre où les troubles sexuels peuvent apparaître.

Les phases de la réponse sexuelle sont le désir, l'excitation, l'orgasme et la résolution. Ce ne sont pas tous les experts qui s’entendent pour dire que tout le monde suit ce modèle fixe de réponse sexuelle. Bien des experts croient que les femmes, et certains hommes, peuvent ne pas toujours éprouver de désir sexuel au début d’une expérience sexuelle qu’ils souhaitent. Ils peuvent surtout chercher un rapprochement affectif au départ et le désir sexuel apparaît par la suite.

Désir sexuel

Le désir sexuel, qu’on appelle parfois libido, est l’intérêt que vous portez au sexe. Le désir peut varier d'un désintérêt complet envers le sexe jusqu'à un intérêt très prononcé. Il varie d'une personne à l'autre et peut changer au fil des années.

Le désir sexuel peut être influencé par de nombreux facteurs, en particulier par notre état d'esprit (l’anxiété, la frustration et la dépression par exemple). Le stress, la fatigue, la douleur et les changements des taux d'hormoneshormonesSubstance qui régule certaines fonctions du corps comme le métabolisme, la croissance et la reproduction. peuvent atténuer notre désir sexuel.

Excitation

L'excitation est la réponse du corps qui se prépare à une relation sexuelle. Elle peut être déclenchée par la vue d'une personne qui nous attire, par une pensée ou un fantasme de nature sexuelle ou par des baisers, des attouchements ou des caresses sur les organes génitaux ou d'autres parties sensibles.

Lors de l’excitation, la pression artérielle et la fréquence cardiaque augmentent et le sang afflue aux organes génitaux. Les mamelons peuvent durcir tant chez l’homme que chez la femme et les seins peuvent être plus sensibles. Chez l’homme, le pénis se redresse et devient sensible. Chez la femme, le vagin devient humide, plus long et plus large.

Orgasme

L'orgasme est le plaisir culminant qu’on atteint, les sensations de jouissance ressenties dans les organes génitaux lors d'une série de contractions rythmiques. D’autres parties du corps peuvent aussi éprouver de telles sensations de plaisir et de détente.

Chez l'homme, l'éjaculation se produit lorsque les muscles qui entourent la base du pénis se contractent de façon rythmique, poussant ainsi le sperme dans l'urètre puis hors du pénis. Chez la femme, la stimulation du clitoris ou du vagin provoque l’orgasme. Certaines femmes ont aussi une petite éjaculation.

Résolution

Après l'excitation et l'orgasme, notre corps se détend. On ressent souvent de la satisfaction et de la somnolence lors de la résolution. Notre respiration, notre fréquence cardiaque et notre pression artérielle reviennent à la normale.

En général, un homme ne peut pas être excité de nouveau avant un certain temps et plus il est âgé, plus il aura besoin de temps pour entrer dans la phase d’excitation. Le temps de résolution chez la femme est plus court que chez l’homme, alors elle peut être excitée de nouveau plus rapidement.

Changements sexuels

L’expérience de chacun sera unique. Certaines personnes passent à travers leur traitement sans que leurs sentiments et leur attitude face au sexe ne changent d’aucune façon. D’autres trouvent que leur vie sexuelle change beaucoup. Ces changements peuvent être temporaires ou permanents.

Vous pouvez constater que vous n’êtes plus aussi intéressé par le sexe ou que vous êtes moins capable de vous détendre et de l’apprécier parce que le cancer et son traitement vous ont affecté physiquement et émotivement. Votre sexualité pourrait être affectée par les éléments suivants :

Changements de votre apparence – Si le traitement du cancer change votre apparence (gain ou perte de poids, perte d’une partie du corps, cicatrices à cause de la chirurgie ou présence d’une stomie par exemple), vous pourriez être gêné d’avoir des relations sexuelles ou inquiet de la façon dont votre partenaire vous voit.

Adaptation aux effets secondaires du traitement – Si vous êtes épuisé en tout temps ou que vous ressentez de la douleur à cause du traitement, vous pourriez constater que la sexualité ne vous intéresse pas vraiment. Les nausées et les vomissements sont un autre effet secondaire qui affecte le désir sexuel selon de nombreux patients.

Changements de votre réponse sexuelle – Le traitement du cancer peut modifier votre réponse sexuelle. L’hormonothérapie risque d’affecter votre libido. La chirurgie peut changer votre capacité d’excitation ou de jouissance. Si vous avez éprouvé de la douleur lors de relations sexuelles, vous pourriez ne plus en avoir envie.

Adaptation aux émotions – Les sentiments de peur, de colère, de culpabilité, de stress, d’anxiété et de tristesse font normalement partie de l’expérience du cancer. Mais ils peuvent affecter votre intérêt sexuel et votre capacité à vous sentir proche de votre partenaire.

Malgré les défis auxquels vous faites face, vous n’avez pas à mettre un terme aux relations sexuelles. Si vous êtes prêt à essayer de nouvelles choses, votre partenaire et vous pourriez trouver comment vous rapprocher. Vous pourriez constater que l’intimité prend d’autres formes en cours de traitement. Il se peut que vous souhaitiez davantage que votre partenaire vous serre dans ses bras, qu'il vous touche et qu'il vous cajole plutôt que d'avoir des relations sexuelles, qui vous sembleraient moins importantes.

Les peurs ou les préoccupations de votre partenaire pourraient aussi affecter votre relation sexuelle. Si parler de sexualité ou de cancer est difficile, ne soyez pas gêné de demander de l’aide à votre équipe de soins de santé pour trouver un conseiller qui vous aidera ainsi que votre partenaire à parler plus ouvertement.

Faire face aux changements sexuels

Votre partenaire et vous pouvez faire de nombreuses choses pour avoir une vie sexuelle saine pendant et après le traitement du cancer. La plupart des gens apprécient encore la sexualité et l’intimité après un traitement du cancer, même s’ils doivent faire des changements.

Renseignez-vous sur les effets du traitement du cancer sur votre corps qui pourraient affecter votre sexualité et sur ce que vous devriez faire s’ils causent des problèmes que ce soit pour vous ou pour votre partenaire. Ne soyez pas gêné de demander à votre équipe de soins quand vous pouvez avoir des relations sexuelles sans danger ou si vous devez prendre des précautions.

Du temps et beaucoup d’efforts pourraient être nécessaires pour maintenir ou retrouver le même niveau d’intimité qu’avant le diagnostic de cancer. Soyez patient l’un envers l’autre. Si vous aimiez avoir des relations sexuelles avant de commencer votre traitement, il y a de bonnes chances que vous apprécierez les rapprochements physiques en cours de traitement.

Une communication ouverte et franche entre votre partenaire et vous est une étape importante pour commencer à avoir de nouveau des relations sexuelles. Partagez ce que vous ressentez – c’est souvent le premier pas à faire pour identifier les problèmes et trouver des solutions utiles. Vous avez tous les deux besoin de parler de ce que vous ressentez et de vous écouter.

Par rapport au sexe ou à la sexualité :

  • exprimez vos peurs et vos inquiétudes plutôt que d'essayer de les taire ou de les fuir
  • dites à votre partenaire si vous éprouvez de la douleur ou une certaine sensibilité. Il pourra donc être plus tendre ou éviter les régions ou les activités qui vous causent de la douleur.
  • dites à votre partenaire si vous n’avez pas envie d’avoir une relation sexuelle et pourquoi
  • dites à votre partenaire quand vous désirez avoir une relation sexuelle ou démontrer votre affection d'autres façons
  • vous pouvez éprouver de la peur ou de l’anxiété face aux relations sexuelles à différentes périodes de votre expérience du cancer. Votre partenaire peut aussi ressentir de la peur ou de l’anxiété s’il croit qu’il peut vous faire mal. À moins que le médecin vous ait avisé de ne pas avoir de relations sexuelles, il n’y a pas de raisons de ne pas en avoir si vous en avez envie.
  • allez-y doucement. Commencez donc par vous rapprocher physiquement, vous étreindre, poser des gestes avec lesquels vous vous sentez à l'aise, et ce, fréquemment. Ces démonstrations physiques d’affection peuvent vous aider tous les deux à vous rapprocher physiquement sans avoir de relations sexuelles.
  • soyez patient. C'est possible que ce soit plus long avant d’être excité. Ayez l'esprit ouvert face aux différentes manières de ressentir ou de provoquer du plaisir sexuellement.
  • si vous être trop fatigué pour avoir une relation sexuelle, faites d’abord une sieste ensemble. Essayez différentes positions qui ne requièrent pas autant d’énergie ou qui durent moins longtemps. Si vous vous sentez fatigué ou faible, demandez à votre partenaire de jouer un rôle plus actif lors de la relation sexuelle.

Il peut arriver que les rapports sexuels ne soient pas possibles pour les personnes traitées pour un cancer. Certaines peuvent ne pas vouloir en avoir ou en être incapables. Vous et votre partenaire pouvez saisir l’occasion pour apprendre de nouvelles façons de donner et de recevoir un certain plaisir sexuel. Essayez quelque chose de nouveau comme explorer votre propre corps, déterminer quelles régions provoquent des sensations agréables par l'autostimulation, vous stimuler l'un l'autre en utilisant vos mains, expérimenter le sexe oral. Il se peut que vous souhaitiez davantage serrer votre partenaire dans vos bras et le toucher plutôt que d'avoir des rapports sexuels, qui vous sembleraient moins importants.

La bonne nouvelle, c’est que l’intérêt envers le sexe et l’intimité revient souvent une fois que vous vous êtes rétabli du traitement du cancer et que vous avez repris votre routine quotidienne.

Mythes sur le cancer et le sexe

Beaucoup de renseignements erronés circulent. Vous pouvez avoir entendu certaines choses sur le cancer et le sexe qui ne sont tout simplement pas vraies. Alors ne laissez pas ces craintes vous empêcher d’avoir une vie sexuelle satisfaisante :

  • Le cancer n’est pas contagieux. Vous ne pouvez pas attraper le cancer en embrassant quelqu’un qui en est atteint, ni en le touchant ou en ayant des relations sexuelles avec lui.
  • Avoir des relations sexuelles n’accélère pas le développement du cancer et ne fait pas augmenter le risque de réapparition de cette maladie.

Histoires

Researcher Dr John Bell Combattre le cancer au moyen de virus sur mesure

Plus de details

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus