Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Effets tardifs et effets à long terme du traitement

La plupart des gens éprouvent au moins quelques effets secondaires lors d’un traitement du cancer. Mais bien des survivants au cancer sont surpris quand ils en éprouvent encore une fois que le traitement est fini. On parle alors d’effets tardifs ou d’effets à long terme.

On peut être inquiet quand on apprend cela. Mais être mis au courant des effets secondaires possibles et de ce qu’il faut surveiller peut faciliter la discussion avec votre médecin sur tout problème éprouvé après le traitement.

Que vous éprouviez des effets secondaires tardifs ou à long terme dépend du type de cancer et de son stade ainsi que du traitement reçu et de la réaction de votre corps.

Fatigue

La fatigue est un effet secondaire très courant du traitement du cancer. La fatigue pour un survivant au cancer peut être très différente de la lassitude habituelle. Elle ne disparaît pas toujours après qu’on se soit reposé ou qu’on ait dormi. La fatigue peut persister des semaines ou des mois après le traitement. C’est l’un des effets à long terme les plus fréquents au cours de la première année de convalescence. Elle peut grandement affecter la qualité de vie.

Retour au menu

Douleur

La douleur est un autre effet secondaire très courant. La douleur est fréquente chez les survivants au cancer du sein, de la prostate, du poumon et au cancer colorectal. Les traitements du cancer, comme la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie, peuvent endommager des nerfs et causer de la douleur et un engourdissement dans certaines régions du corps. Il y a des gens qui peuvent éprouver de la douleur dans un membre ou un sein qui a été enlevé. On parle alors de douleur fantôme. Peu importe le type de douleur que vous ressentez, il est important de la soulager. Avisez votre médecin si vous avez de la douleur et dites-lui comment cela affecte votre vie.

Retour au menu

Troubles d’apprentissage et de la mémoire

De nombreux survivants au cancer ont des troubles d’apprentissage et de la mémoire pendant le traitement et tout de suite après. Si vous avez reçu de fortes doses de chimiothérapie ou de radiothérapie au cerveau, vous risquez davantage d’éprouver des problèmes de mémoire et de concentration. Cela comprend les survivants traités pour un cancer du sein, du poumon, du cerveau ou encore un lymphome ou un mélanome.

Quand la chimiothérapie affecte la façon dont le cerveau fonctionne, on parle parfois de chimio-cerveau. De fortes doses de radiothérapie au cerveau (irradiation cérébrale) sont plus susceptibles d’engendrer des changements à long terme du fonctionnement mental ou émotif. De fortes doses de radiation sont nécessaires pour traiter de nombreuses tumeurs au cerveau. Une radiothérapie au cerveau administrée avec une chimiothérapie intrathécaleintrathécaleDans l’espace rempli de liquide qui entoure le cerveau et la moelle épinière. peut aussi accroître le risque de changements cognitifs.

Retour au menu

Changements du système nerveux

Il arrive parfois que le traitement du cancer, comme la chirurgie ou certains agents chimiothérapeutiques, cause des lésions au système nerveux (neuropathie). Les symptômes des dommages au système nerveux sont entre autres ceux-ci :

  • picotements, sensation de brûlure ou engourdissement dans les mains ou les pieds
  • douleur vive soudaine
  • perte d’équilibre, difficulté à marcher ou maladresse
  • sensibilité accrue ou réduite à la chaleur et au froid

Retour au menu

Lymphœdème

Le lymphœdème est l’enflure qui se produit habituellement dans un bras, une jambe, le visage ou le cou où de la lymphe s’est accumulée. Le lymphœdème apparaît généralement parce qu’on a enlevé ou endommagé des ganglions lymphatiques lors d’une chirurgie ou d’une radiothérapie. Le lymphœdème risque de vous affecter si vous avez subi une chirurgie ou une radiothérapie pour un mélanome au bras ou à la jambe, un cancer de la prostate, un cancer des organes reproducteurs masculins ou féminins ou bien un autre cancer qui s’est propagé à la région abdominale inférieure.

Retour au menu

Ostéoporose

Les survivants au cancer risquent d’éprouver des troubles osseux et articulaires, en particulier les survivants au cancer du sein ou au cancer de la prostate. L’ostéoporose est un effet tardif courant du traitement du cancer. L’ostéoporose affaiblit les os, les rendant ainsi très fragiles et facilement cassants (fractures). L’ostéoporose peut être présente pendant des années sans causer de symptômes. La chimiothérapie, les stéroïdes et l’hormonothérapie peuvent accroître le risque d’ostéoporose.

Retour au menu

Troubles de la bouche et des dents

Chez de nombreux survivants au cancer, des troubles de la bouche ou des dents se manifestent. Ces problèmes, qui peuvent avoir débuté lors du traitement, risquent de durer longtemps avant de finir par disparaître. Dans certains cas, ils sont permanents. Il arrive parfois que ces problèmes surviennent des mois voire des années après le traitement. La chirurgie ou la radiothérapie à la tête ou au cou pour un cancer de la tête et du cou et certains types de chimiothérapie peuvent accroître le risque de troubles de la bouche et des dents. Les troubles sont entre autres une bouche sèche, des caries dentaires, des changements du goût, de la douleur dans la bouche, de la difficulté à avaler ou des changements de la mâchoire (ostéoradionécrose ou trismus).

Retour au menu

Changements de la vision

Des changements de la vision peuvent survenir quand une radiothérapie à la tête ou au cou endommage les vaisseaux sanguins de l’œil ou du nerf optique. Les changements de la vision apparaissent le plus souvent après la radiothérapie et sont plus susceptibles de se manifester quand on administre une forte dose de radiation. Les troubles visuels causés par la radiothérapie sont entre autres la sécheresse oculaire, la perte de vision ou la formation de cataractes. Un traitement à base de stéroïdes peut accroître le risque de troubles oculaires, comme les cataractes.

Retour au menu

Changements du poids

Certains survivants peuvent avoir des problèmes de gain ou de perte de poids. Certains types de chimiothérapie, comme ceux qu’on administre pour traiter le cancer du sein, peuvent causer un gain de poids et accroître le pourcentage de tissu graisseux tout en causant une perte de masse musculaire. Certains survivants au cancer peuvent perdre du poids et du tonus musculaire parce qu’ils ont perdu l’appétit.

Retour au menu

Baisse de la fonction de la glande thyroïde

La glande thyroïdeglande thyroïdeGlande située dans le cou, de chaque côté de la trachée, juste en-dessous du larynx, qui fabrique et libère des hormones participant à la croissance et au métabolisme. fait partie du système endocrinien et fabrique des hormones qui aident à contrôler le métabolisme normal. Une radiothérapie au cou administrée dans le cadre du traitement de certains cancers, comme celui de la tête et du cou ou le lymphome hodgkinien, peut réduire la fonction thyroïdienne (hypothyroïdie). L’hypothyroïdie peut causer une fatigue extrême, la sécheresse de la peau et des cheveux, la perte de cheveux, une difficulté à perdre du poids ou à en gagner, l’intolérance au froid et des troubles menstruels.

Retour au menu

Symptômes de la ménopause

La ménopauseménopauseMoment au cours de la vie d’une femme qui correspond à l’arrêt de la production d’ oestrogène par les ovaires et à l’absence de menstruations pendant 12 mois. Chez la plupart des femmes, la ménopause survient entre 45 et 55 ans. survient naturellement lorsqu’une femme vieillit, habituellement au début de la cinquantaine. Les femmes traitées pour certains types de cancer peuvent éprouver une ménopause précoce comme effet secondaire d’un traitement du cancer tel que la chimiothérapie, la radiothérapie au bassin ou la chirurgie visant à enlever les ovaires. On parle alors de ménopause provoquée par le traitement.

Retour au menu

Troubles de la fertilité

Certains traitements du cancer causent des troubles de la fertilité. L’infertilité (incapacité d’engendrer un enfant) n’est que temporaire pour certains survivants, mais dans d’autres cas, elle peut être permanente. Votre âge et le fait que vous avez déjà des enfants peuvent jouer un rôle dans la façon dont vous faites face à l’infertilité. Bien que tous les effets secondaires soient dérangeants, celui-là peut être dévastateur. Vous pouvez éprouver une forte impression de perte ou de deuil, ou bien être très en colère, triste ou anxieux parce que le cancer et son traitement ont causé ces changements dans votre corps.

Retour au menu

Troubles digestifs

La chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie peuvent affecter l’appareil digestif. Les troubles digestifs, comme la constipation, la diarrhée et les nausées et vomissements, peuvent se manifester en cours de traitement, mais ils peuvent aussi devenir un problème à long terme pour les survivants au cancer. Certains problèmes digestifs chroniques, comme la constipation, peuvent être causés par des dommages physiques ou être un effet secondaire de certains antidouleur employés après le traitement. Les troubles digestifs peuvent faire en sorte que le corps n’est pas en mesure d’absorber aussi bien les éléments nutritifs.

Retour au menu

Troubles de la vessie

Des troubles de la vessie peuvent survenir après le traitement d’un cancer de la vessie, de la prostate, de l’ovaire, un cancer colorectal ou autre. Cela comprend la perte du contrôle de la vessie, ou incontinence urinaire. Des dommages à la vessie risquent d’être causés par la chirurgie, certains types de chimiothérapie ou une radiothérapie au bassin.

Retour au menu

Troubles intestinaux

Des troubles intestinaux peuvent survenir après le traitement d’un cancer de la vessie, de la prostate, de l’ovaire, un cancer colorectal ou autre. Des dommages à l’intestin peuvent être causés par la chirurgie ou une radiothérapie au bassin.

Retour au menu

Troubles cardiaques

Des troubles cardiaques peuvent survenir après le traitement d’un cancer. Certains problèmes courants sont entre autres l’inflammation du muscle cardiaque, l’insuffisance cardiaque congestive et une maladie du cœur. Les causes principales des troubles cardiaques chez les survivants au cancer d’âge adulte comprennent la radiothérapie au thorax et la chimiothérapie à base d’anthracyclines, comme la doxorubicine (Adriamycin), la daunorubicine (Cerubidine) et la cyclophosphamide (Cytoxan). Les personnes qui ont reçu une chimiothérapie à forte dose, une radiothérapie au thorax ainsi qu’une chimiothérapie et celles qui sont âgées de 65 ans et plus risquent davantage d’éprouver des troubles cardiaques après le traitement.

Retour au menu

Troubles pulmonaires

La chimiothérapie et la radiothérapie au thorax peuvent causer des troubles pulmonaires. Les survivants au cancer qui ont reçu une chimiothérapie et une radiothérapie au thorax présentent un risque plus élevé. Certains agents chimiothérapeutiques qui font augmenter le risque de troubles pulmonaires sont entre autres la bléomycine (Blenoxane), la carmustine, la prednisone, la dexaméthasone et le méthotrexate. Les effets tardifs comprennent des changements de la fonction pulmonaire, l’épaississement du revêtement des poumons, l’inflammation des poumons ou de la difficulté à respirer.

Retour au menu

Cancers secondaires

Malheureusement, les survivants au cancer risquent davantage d’être atteints d’un cancer secondaire. Les personnes dont le risque est le plus élevé ont reçu une chimiothérapie ainsi qu’une radiothérapie.

Un cancer secondaire peut apparaître n’importe quand après une chimiothérapie, parfois 15 ans ou plus à la suite du traitement. Les types de cancer secondaire les plus courants après une chimiothérapie sont la leucémie aiguë – le plus fréquent – le lymphome non hodgkinien, le cancer de la vessie et le sarcome.

Les cancers secondaires qui apparaissent le plus souvent après une radiothérapie sont le sarcome des os et des tissus, la leucémie aiguë myéloblastique et certaines tumeurs au sein ou à la vessie par exemple. Bien qu’un cancer secondaire puisse se développer quelques années après une radiothérapie, la plupart ne le font que de 10 à 20 ans, ou plus, après l’exposition à la radiation.

Retour au menu

Histoires

Lisa Hamel Je suis la preuve qu’il est possible de mener une vie normale après le cancer.

Lisez l’histoire de Lisa

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus