Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Aider quelqu’un qui est atteint de cancer

Il existe bien des façons d’aider quelqu’un qui est atteint de cancer (ou quelqu’un qui prend soin d’une personne atteinte de cancer). La première chose que vous devez savoir est que l’expérience du cancer est unique à chacun. Essayez de ne pas présumer que la personne que vous connaissez se sentira ou agira d’une certaine façon.

Quand une personne reçoit son diagnostic, bien des gens lui offrent d’en prendre soin et de la soutenir. Cette aide s’efface souvent au fil du temps, même si elle est aussi nécessaire qu’aux premiers jours. Être traité pour un cancer et s’en rétablir peut prendre beaucoup de mois, alors faites de votre mieux pour soutenir la personne que vous connaissez tout au cours de son expérience du cancer.

Visiter quelqu’un qui est atteint de cancer

Avoir de la visite peut remonter le moral d’une personne atteinte de cancer. Votre visite permet également aux aidants de prendre une pause afin de se détendre ou d’accomplir une tâche. Il est assez courant de se sentir mal à l’aise ou inconfortable auprès d’une personne atteinte de cancer, en particulier si elle est ou semble différente. Vous pouvez aussi avoir pitié de votre ami ou vous sentir coupable d’être en santé. Par égard pour lui, essayez de passer outre tout inconfort que vous pourriez éprouver. Rappelez-vous que le cancer n’est pas contagieux, alors n’évitez pas sa présence alors qu’il a le plus besoin de vous.

Conseils à suivre lorsqu’on veut rendre visite à quelqu’un qui est atteint de cancer

Appelez avant afin de vous assurer que les visiteurs sont les bienvenus. Si ce n’est pas le cas ce jour-là, n’ayez pas peur de proposer d’y aller une autre fois. Ne soyez pas offensé si votre ami se sent trop fatigué, de mauvaise humeur ou malade pour recevoir de la visite.

Soyez flexible, même si la visite avait déjà été planifiée. Vous pourriez devoir remettre la rencontre si votre ami ne se sent pas bien pour recevoir des visiteurs le jour qui avait été prévu. Soyez sensible aux besoins et aux humeurs de votre ami.

Ne planifiez pas de visite si votre attention sera détournée ou si vous êtes pressé. Fermez votre cellulaire ou votre appareil mobile lors de la visite et donnez toute votre attention à votre ami.

N’ayez pas peur de toucher votre ami. Lui serrer la main, lui tapoter le bras ou l’étreindre peut en dire beaucoup plus long que bien des paroles.

Évitez de porter quelque chose d’odorant (lotion corporelle, parfum, lotion après-rasage, etc.) Il arrive parfois qu’une personne qui reçoit une chimiothérapie soit très sensible aux odeurs.

Ne croyez pas que vous devez toujours parler. C’est tout à fait convenable de s’asseoir en silence. C’est votre compagnie qui est importante.

Si vous ne voulez pas parler ni l’un ni l’autre, vous pouvez quand même être une source de soutien en faisant quelque chose avec lui. Proposez la routine ou la tradition à laquelle vous êtes habitués, tout en la modifiant un peu si c’est nécessaire. Vous pouvez, par exemple, aller marcher, regarder la télévision ou un film, écouter de la musique ou vous adonner à votre passe-temps commun. (N’oubliez pas que le cancer ou son traitement peut limiter les capacités de votre ami, du moins pendant un certain temps.)

Ne restez pas trop longtemps. Vous ne voulez pas épuiser votre ami.

Faire des cadeaux

Certaines personnes aiment donner ou envoyer des cadeaux, mais ne vous y sentez pas obligé. Si vous voulez donner un cadeau à votre ami, pensez à ce qui pourrait lui faire du bien ou l’aider de façon pratique. N’oubliez pas que les exigences du cancer et de son traitement ont peut-être affecté le temps, l’énergie, la concentration et la capacité de se déplacer de votre ami. Les aidants pourraient aussi apprécier les cadeaux et les cartes accompagnés de mots d’encouragement.

Voici quelques idées de cadeaux :

  • revue ou livre
  • musique
  • DVD
  • livre casse-tête
  • cartes de correspondance ou journal
  • chèque-cadeau pour un service d’entretien ménager
  • chèque-cadeau pour un service au spa
  • pyjama ou robe de chambre

Retour au menu

Parler à quelqu’un qui est atteint de cancer

Beaucoup de personnes ont peur de dire la mauvaise chose à quelqu’un qui est atteint de cancer. Tout ira bien si vous employez vos propres mots pour montrer votre intérêt et votre inquiétude, pour exprimer des paroles d’encouragement ou pour offrir votre soutien.

Vous pourriez dire :

Je ne sais pas trop quoi dire, mais je veux que tu saches que je m’inquiète pour toi.

Je suis désolée que tu passes à travers ça.

Si jamais tu as le goût de parler, je suis là pour t’écouter.

Qu’est-ce que tu ressens? (Cela peut aider quelqu’un à commencer à parler plus que si vous lui demandiez : Comment vas-tu?)

Je pense à toi.

Tu es dans mes prières.

Ne dites pas :

Je sais comment tu te sens. (Si vous n’avez pas vécu la même expérience du cancer, vous ne le savez pas.)

Je ne sais pas comment tu fais.

Ne t’inquiète pas.

Je suis sûr que tout ira bien.

Dis-moi ce que je peux faire pour t’aider. (Soyez plutôt spécifique par rapport à ce que vous pouvez faire.)

Combien de temps les médecins croient-ils qu’il te reste?

Je connais quelqu’un qui a vécu la même chose et ce fût vraiment horrible.

Je me sens si mal face à cette situation. Ça me fait pleurer tout le temps. (Ce n’est pas vous qui allez mal.)

Retour au menu

Comment avoir une bonne écoute

Avoir une bonne écoute signifie essayer d’être attentif aux pensées et aux émotions d’une personne autant que vous le pouvez. Ces conseils devraient vous aider.

Connaître l’essentiel

Essayez de rendre l’environnement le plus privé possible. Faites de votre mieux pour avoir l’air à l’aise et détendu, même si vous êtes nerveux.

Laissez une distance acceptable entre votre ami et vous. Une trop grande distance peut rendre la chose officielle alors que si vous êtes trop près l’un de l’autre, vous pouvez vous sentir à l’étroit. Assurez-vous qu’il n’y a pas d’obstacles physiques entre vous deux. Si votre ami est à l’hôpital et qu’une table vous gêne, vous pouvez dire quelque chose comme « Ce n’est pas très facile de discuter avec une table entre nous deux. Est-ce que je peux la déplacer le temps de ma visite? »

Laissez la personne atteinte de cancer prendre les décisions. Si elle veut parler, écoutez-la. Ne soyez pas offensé si elle ne veut pas parler.

Essayez de garder un contact visuel, mais ne le faites pas trop longtemps de sorte que la personne croit que vous la fixez du regard. Il faut que vous sachiez comment elle se sent (le contact visuel peut être vu de différentes façons selon la culture).

Inviter à la conversation plutôt que l’empêcher

N’interrompez pas la personne. Attendez que votre ami cesse de parler avant de commencer à le faire et accordez toute votre attention à ce qu’il dit. N’essayez pas de penser à ce que vous allez lui répondre ou à ce que vous allez lui dire par la suite.

Incitez la personne atteinte de cancer à parler librement. Cela peut l’aider si vous hochez la tête et dites des choses telles que « Oui, je vois. » ou « Et puis, qu’est-ce qui s’est passé? » Vous pouvez aussi répéter quelques mots de sa dernière phrase, ce qui l’aidera à sentir que vous l’écoutez.

Il peut être utile de simplement écouter alors que votre ami parle de ce qu’il veut, même si cela vous angoisse. Si vous trouvez le sujet trop difficile, vous pouvez le lui dire et proposez d’essayer d’en parler une autre fois. Ne changez pas de sujet sans reconnaître que ce dont votre ami parle est important pour vous deux.

Admettez que vous ne savez pas quoi dire ou que vous trouvez difficile de parler de certaines choses. Le dire ouvertement peut en fait aider à la conversation puisque cela rend la situation moins embarrassante.

Évitez de donner des conseils sauf si vous êtes certain qu’on vous l’a demandé. Ne le faites pas trop tôt dans la conversation parce que cela mettra fin à la discussion. Ne donnez pas de conseils médicaux et ne parlez pas de l’expérience du cancer d’une autre personne.

Si votre ami fait de l’humour, participez. Bien que le cancer ne soit pas quelque chose de drôle, l’humour permet très efficacement de faire face aux peurs et aux menaces importantes. Elle peut aider à atténuer des émotions intenses et permet souvent de mettre les choses en perspective. Alors si votre ami a recours à l’humour, soyez de la partie.

Avoir recours au silence et au toucher

Ne croyez pas que vous devez toujours avoir quelque chose à dire. Le silence peut aider les gens à rassembler leurs idées. Attendez un peu, puis demandez à votre ami à quoi il pensait. Ne précipitez pas les choses, même si le silence semble durer un long moment.

Tenez la main de votre ami ou touchez-le si ça semble approprié le temps du moment de silence. S’il vous évite, reculez-vous et laissez-lui un peu d’espace.

Permettre à son ami d’être contrarié

Il est important de permettre à la personne de dire qu’elle est triste ou contrariée. Essayez d’être prêt à discuter de sujets difficiles comme la possibilité que le cancer ne soit pas guéri ou la rédaction de son testament. Il peut être tentant d’essayer de lui remonter le moral en disant par exemple « C’est sûr que tu iras bien, essaie juste d’être positif », mais cela ne fera que l’arrêter de parler de ce qu’elle ressent vraiment. Il est préférable de la laisser parler ouvertement et de reconnaître ses émotions.

Si votre ami pleure, n’essayez pas de l’arrêter. Rassurez-le en lui disant que c’est normal. Même si c’est très bouleversant pour vous, les larmes sont une réaction naturelle à l’angoisse et pourraient être source d’une grande délivrance pour votre ami.

Retour au menu

Aider de manière pratique

Se rendre utile d’une manière pratique en effectuant des tâches quotidiennes peut vraiment aider une personne atteinte de cancer ainsi que les gens qui en prennent soin. Alors que vous vous occupez du train-train quotidien, elle est en mesure de se concentrer sur son traitement et de s’accorder le repos dont elle a vraiment besoin. Au lieu de dire « Appelle-moi si tu as besoin de quelque chose », soyez créatif. Trouvez quelque chose que vous pouvez faire et proposez-lui de le faire pour elle.

Voici quelques idées pour débuter :

  • Reconduisez votre ami à ses rendez-vous médicaux et ramenez-le chez lui par la suite.
  • Faites son épicerie ou offrez-lui d’aller chercher ses ordonnances.
  • Proposez-lui de faire des corvées domestiques, comme aller chercher le courrier, promener le chien, faire le lavage, nettoyer la maison, couper le gazon, arroser les plantes, pelleter la neige ou mettre les ordures au chemin.
  • Préparez des repas que la famille peut facilement congeler et faire réchauffer. (Demandez d’abord à votre ami si le traitement du cancer a affecté ce qu’il peut manger, et quels aliments sa famille aime et n’aime pas.)
  • Occupez-vous des enfants. Amenez-les à l’école et allez les chercher une fois la journée terminée. Faites de même pour leurs activités en soirée ou bien organisez des rencontres avec leurs amis.
  • Proposez d’être la personne-ressource qui organisera l’horaire des repas, des déplacements, des tâches ou des visites. Se charger des nombreuses offres d’aide reçues peut sembler accablant.

Retour au menu

Aider un collègue qui est atteint de cancer

Les relations entre les personnes qui travaillent ensemble peuvent grandement varier. Cela peut faire en sorte qu’il est particulièrement difficile de savoir comment agir ou quoi dire quand un collègue est atteint de cancer. Certaines personnes atteintes peuvent ne pas vouloir parler de leur maladie au bureau. Elles peuvent préférer se concentrer sur leurs tâches plutôt que sur leur cancer. L’information qui suit peut vous aider à faire face à certaines questions liées au travail, que vous ne connaissiez pas très bien votre collègue ou que vous ayez travaillé ensemble de nombreuses années et êtes devenus de bons amis.

Importance du travail

Beaucoup de personnes atteintes de cancer trouvent qu’il est très important de continuer le plus possible à travailler. Bien que les questions d’argent et d’assurances puissent affecter leur décision de travailler en cours de traitement, aller au bureau peut être synonyme de stabilité puisque cela fait partie de leur routine et que c’est une activité qui leur est familière. Cela peut les aider quand elles sentent qu’elles ne maîtrisent plus autres choses. Le travail peut accroître leur estime d’elles-mêmes et les aider à se concentrer sur ce qu’elles peuvent faire plutôt que sur leur maladie.

Le travail offre aussi la possibilité d’être en contact avec d’autres personnes. Le cancer risque de causer l’isolement, donc être entouré de gens peut apporter beaucoup de réconfort quand on vit l’expérience du cancer.

Intimité et confidentialité

Il est important de respecter les renseignements personnels d’un collègue et son désir de partager son diagnostic de cancer ou toute autre préoccupation relative à sa santé.

Si un collègue vous dit qu’il a le cancer, ne le mentionnez à personne sauf s’il vous donne son autorisation. Laissez-le être celui qui annonce la nouvelle aux autres. Si quelqu’un vous pose des questions à ce sujet, vous pouvez dire quelque chose comme « Ce n’est pas à moi de parler de ça, mais je suis sûr que Paul appréciera que tu t’inquiètes de lui. Je lui dirai que tu t’es renseigné à son sujet. »

Il peut être étrange d’entendre à travers les branches au bureau que l’un de vos collègues est atteint de cancer. Vous pouvez demander à la personne qui vous l’a dit si cette information est publique. Si ce n’est pas le cas, il est probablement préférable de ne pas en parler à la personne atteinte. Mais si l’information est connue, ne l’ignorez pas. Vous pouvez dire à votre collègue avec bienveillance « J’ai entendu parler de tes ennuis de santé et je veux te dire que je pense à toi. »

Retour au menu

Si vous supervisez quelqu’un qui est atteint de cancer

Un employeur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour accommoder un employé qui vit une expérience du cancer. La maladie d’un employé peut affecter certaines tâches et peut signifier que des collègues devront prendre une part de sa charge de travail ou accroître la leur. Cela risque d’engendrer de la confusion, des bavardages ou du ressentiment au travail.

En tant que superviseur ou directeur, ne présumez pas que ce que vous dit un employé atteint de cancer peut être révélé à tous. Demandez-lui ce qu’il aimerait que ses collègues sachent à son sujet. Ce serait la moindre des choses de dire à ses collègues qu’une personne s’absentera du travail ou que ses tâches seront ajustées à cause de problèmes de santé. Bien qu’il soit très important de respecter les volontés d’un employé atteint de cancer, il est également important de favoriser l’ouverture de voies de communication entre vous et vos autres employés relativement à la façon dont les questions de travail seront gérées. Incitez tout le monde à parler de ce qu’ils ressentent et de ce qu’ils pensent sur le partage de tâches supplémentaires. Discutez de toute autre question professionnelle relative à la maladie ou à l’absence de leur collègue.

Si, au travail, il y a une infirmière, un médecin ou un programme d’aide aux employés ou aux familles, vous pouvez vous assurer que vos employés connaissent ces sources de soutien.

Retour au menu

Histoires

Kim Moreau Cuisons pour vaincre le cancer a fait une immense différence dans la vie de bien des femmes.

Lisez l’histoire de Kim

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus