Vous êtes ici:

Stadification du cancer

La stadification décrit ou classe un cancer en fonction de la quantité de cancer présente dans le corps et de son emplacement lors du diagnostic initial. C’est ce qu’on appelle souvent l’étendue du cancer.

Le stade comprend fréquemment la taille de la tumeur, les parties de l’organe atteintes par le cancer, la propagation du cancer (métastases) et l’endroit où il s’est propagé.

Pourquoi établit-on le stade du cancer?

Les médecins se servent couramment du stade pour décrire la taille et la propagation du cancer. On a recours au stade pour :

  • aider à planifier le traitement;
  • prévoir l’issue d’une personne, l’évolution de la maladie ou la possibilité de guérir (pronostic);
  • prévoir l’efficacité du traitement;
  • former des groupes de personnes qu’on étudiera et qu’on comparera en essais cliniques;
  • aider à choisir un essai clinique si une personne souhaite en faire partie.

Les cancers qui apparaissent dans la même partie du corps (comme dans le côlon) et qui ont le même stade ont tendance à engendrer un pronostic similaire et sont habituellement traités de la même façon.

Comment établit-on le stade du cancer?

Les médecins ont recours aux examens et aux tests pour établir le stade du cancer. Les examens et les tests révèlent où le cancer se trouve et quelle est approximativement son étendue (quantité de cancer dans le corps). Pour établir le stade du cancer, les médecins peuvent faire un examen physique, des analyses sanguines, des examens d’imagerie ou une biopsie. Ils peuvent aussi observer le tissu atteint par le cancer lors de la chirurgie ou après l’avoir enlevé par chirurgie.

Systèmes de stadification

On a recours à divers systèmes de stadification pour différents types de cancer. Le système de stadification le plus souvent employé au Canada est la classification TNM. TNM signifie Tumeur, Nodes (terme anglais pour les ganglions lymphatiques) et Métastases. On s’en sert pour établir le stade de la plupart des tumeurs cancéreuses solides. Les tumeurs cancéreuses solides, comme le cancer du sein ou de la prostate, forment des masses. On a recours à d’autres systèmes de stadification pour établir le stade de certaines tumeurs cancéreuses solides et de certains cancers du sang et du système immunitaire, comme des types de leucémie et de lymphome.

Classification TNM

T signifie tumeur. Il décrit la taille de la tumeur principale (primitive). Il indique aussi si la tumeur a envahi d’autres parties de l’organe atteint de cancer ou des tissus entourant l’organe. T est habituellement classé de 1 à 4. Un numéro plus élevé signifie que la tumeur est plus grosse. Cela peut aussi vouloir dire que la tumeur s’est développée plus en profondeur dans l’organe ou les tissus voisins.

N signifie ganglions lymphatiques. Il décrit la propagation du cancer aux ganglions lymphatiques entourant l’organe. N0 signifie que le cancer ne s’est propagé à aucun ganglion lymphatique voisin. N1, N2 ou N3 signifie que le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques. N1 à N3 peuvent aussi révéler le nombre de ganglions lymphatiques qui sont atteints par le cancer ainsi que leur taille et leur emplacement.

M signifie métastases. Il décrit la propagation du cancer à d’autres parties du corps par le sang ou le système lymphatique. M0 signifie que le cancer ne s’est pas propagé à d’autres parties du corps. M1 signifie que le cancer s’est propagé à d’autres parties du corps.

On emploie parfois les lettres minuscules a, b ou c pour indiquer une subdivision des catégories relatives à la tumeur, aux ganglions lymphatiques ou aux métastases afin de les rendre plus spécifiques (T1a par exemple). On ajoute « is » après T (Tis) pour indiquer un carcinome in situ.

Types de classification TNM

On peut donner aux tumeurs cancéreuses solides un stade clinique et un stade pathologique.

Le stade clinique est établi avant le traitement. Il se base sur les résultats d’examens et de tests, comme les examens d’imagerie, effectués lorsqu’on détecte le cancer (diagnostic). Les médecins choisissent souvent le traitement en fonction du stade clinique. On indique le stade clinique par un « c » minuscule devant les lettres TNM dans certains rapports médicaux.

Le stade pathologique se base sur les résultats de tests et d’examens effectués quand on détecte le cancer et sur ce qu’on apprend sur le cancer lors de la chirurgie et de l’observation du tissu enlevé par chirurgie. Il offre plus d’informations sur le cancer que le stade clinique. On indique le stade pathologique par un « p » minuscule devant les lettres TNM dans le rapport de pathologie.

Les stades clinique et pathologique d’un cancer peuvent être différents. Lors d’une chirurgie par exemple, le médecin peut observer le cancer dans une région où il n’avait pas été révélé par l’examen d’imagerie, alors le stade pathologique risque d’être plus élevé.

Autres systèmes de stadification

On a recours à d’autres systèmes de stadification pour certains types de cancer.

  • Les cancers de l'ovaire, de l'endomètre, du col de l'utérus, du vagin et de la vulve sont souvent stadifiés à l’aide de la classification de la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique (FIGO), qui se base sur la classification TNM.
  • Pour le lymphome non hodgkinien, on se sert du système de stadification d'Ann Arbor.
  • Pour le lymphome hodgkinien, on se sert du système de stadification de Cotswold.
  • Pour la leucémie lymphoïde chronique (LLC), on se sert de la classification de Rai et de la classification de Binet.
  • Pour le myélome multiple, on se sert de laclassification de Durie et Salmon et de l’International Staging System (système international de stadification).

Regroupement des stades

Les médecins emploient la classification TNM pour assigner un stade global variant de 0 à 4 à de nombreux types de cancer. Pour les stades 1 à 4, on utilise souvent les chiffres romains I, II, III et IV. En général, plus le numéro du stade est élevé, plus le cancer s’est propagé. Il arrive qu’on subdivise les stades à l’aide des lettres A, B et C. Pour la plupart des types de cancer, les stades signifient ce qui suit :

  • stade 0 – c’est un carcinome in situ ou un changement précancéreux
  • stade 1 – la tumeur est habituellement petite et elle ne s’est pas développée hors de l’organe dans lequel elle a pris naissance
  • stades 2 et 3 – la tumeur est grosse ou s’est développée hors de l’organe dans lequel elle a pris naissance jusque dans les tissus voisins
  • stade 4 – le cancer s’est propagé par le sang ou le système lymphatique jusqu’à un emplacement éloigné (propagation métastatique)

Autres façons de décrire le stade

Quand les médecins décrivent le stade, ils peuvent employer les mots local, localisé, régional, localement avancé, à distance (distant) ou avancé. Local et localisé signifient que le cancer se trouve seulement dans l’organe où il a pris naissance et qu’il ne s’est pas propagé à d’autres parties du corps. Régional et localement avancé signifient près ou autour de l’organe. À distance et avancé signifient dans une partie du corps plus éloignée de l’organe.

Facteurs qui affectent le stade

La classification TNM comprend des renseignements sur la taille de la tumeur, les tissus d’un organe qui sont atteints par le cancer, la propagation du cancer et l’endroit où il s’est propagé. Voici d’autres facteurs qui aident à établir le stade de certains types de cancer :

Le stade du cancer ne change pas

Une fois que le stade du cancer, que ce soit le stade clinique ou le stade pathologique, est révélé à la personne, ce stade ne change pas. Si un cancer de stade 2 réapparaît (récidive) après avoir été traité, c’est encore un cancer de stade 2 mais qui a récidivé. Et si le cancer s’est propagé à une partie du corps éloignée de la tumeur après le traitement, il s’agit encore d’un cancer de stade 2 mais qui est métastatique. Cela est important puisqu’on se sert du stade établi lors du diagnostic pour étudier les statistiques de survie et les traitements qu’on administre à chaque stade spécifique du cancer.

Restadification

La restadification aide les médecins à planifier d’autres traitements quand le cancer réapparaît ou s’aggrave après le traitement initial. Cela ne signifie pas qu’un cancer de stade 2 devient alors un cancer de stade 3. Le stade du cancer ne change pas. Mais une tumeur qui était initialement de stade T2, par exemple, peut alors être classée T3 ou T4 si le cancer a grossi ou s’est développé dans les tissus voisins. On peut le constater lors de tests effectués après le traitement. Quand on restadifie le cancer, on ajoute la lettre « r » en minuscule devant les lettres TNM dans le rapport médical.

essai clinique

Étude de recherche lors de laquelle on évalue de nouvelles méthodes qui pourraient prévenir, détecter, traiter ou contrôler une maladie (comme le cancer) grâce à la participation de personnes admissibles, informées et consentantes.

Les essais cliniques se déroulent en plusieurs étapes appelées essai de phase 0, essai de phase I, essai de phase II, essai de phase III et essai de phase IV.

Les essais cliniques en cours de réalisation pour lesquels on accepte de nouveaux participants sont appelés essais cliniques ouverts. Ceux pour lesquels on n’accepte plus de nouveaux participants sont appelés essais cliniques fermés.

L’essai clinique est aussi appelé étude clinique.

tumeur

Masse de tissu anormale formée par des cellules dont le taux de croissance et de division est plus élevé qu’à la normale (prolifération hors contrôle).

Les tumeurs peuvent être non cancéreuses (bénignes) ou cancéreuses (malignes).

La tumeur est aussi appelée néoplasme, masse ou excroissance.

ganglion lymphatique

Petite masse de tissu lymphatique en forme de haricot longeant les vaisseaux lymphatiques (tubes dans lesquels la lymphe circule dans le corps). Les ganglions lymphatiques entreposent les lymphocytes (type de globule blanc qui combat les germes, les substances étrangères ou les cellules cancéreuses) et filtrent la lymphe pour en éliminer les bactéries et les substances étrangères, y compris les cellules cancéreuses.

métastase

Tumeur formée de cellules cancéreuses s’étant propagées de l’emplacement initial (siège primitif) à une autre partie du corps.

Propagation de cellules cancéreuses de l’emplacement initial (siège primitif) à d’autres parties du corps. Les métastases peuvent être formées par extension directe de la tumeur dans les tissus voisins ou par propagation des cellules cancéreuses par le système lymphatique ou le sang.

système lymphatique

Groupe de tissus et d’organes qui fabriquent et emmagasinent des cellules qui combattent les infections et les maladies.

Le système lymphatique comprend les végétations adénoïdes, les amygdales, la rate, le thymus, les ganglions lymphatiques, les vaisseaux lymphatiques et la moelle osseuse.

carcinome in situ

Cancer à un stade très précoce : les cellules tumorales n’ont pas encore envahi les tissus voisins.

système lymphatique

Groupe de tissus et d’organes qui fabriquent et emmagasinent des cellules qui combattent les infections et les maladies.

Le système lymphatique comprend les végétations adénoïdes, les amygdales, la rate, le thymus, les ganglions lymphatiques, les vaisseaux lymphatiques et la moelle osseuse.

grade

Description d’une tumeur qui indique jusqu’à quel point les cellules cancéreuses diffèrent des cellules normales en apparence (différenciation), à quelle vitesse elles se développent et se divisent et quelle est leur tendance à se propager.

Les grades sont établis selon différents systèmes de classification histologique qui sont utilisés pour des cancers spécifiques. Mais certains types de cancer ne sont pas déterminés selon un système de classification histologique particulier.

La méthode qui consiste à examiner et à classifier les tumeurs selon l’apparence et le comportement des cellules cancéreuses observées au microscope est appelée classification histologique.

adénocarcinome

Tumeur cancéreuse (maligne) qui prend naissance dans les cellules glandulaires (cellules qui sécrètent des substances comme du mucus, des hormones et des liquides lubrifiants).

cellule squameuse

Type de cellule épithéliale mince et plate qui ressemble à une écaille de poisson.

Les cellules squameuses sont présentes dans l’épithélium qui forme la surface de la peau. On les observe dans l’épithélium d’organes comme la bouche, le pharynx, l’œsophage, l’anus, le col de l’utérus et le vagin. Les cellules squameuses forment aussi le revêtement des vaisseaux sanguins et des régions creuses du corps appelées cavités.

marqueur tumoral

Substance fabriquée dans le corps pouvant indiquer la présence d’un certain type de cancer.

Les marqueurs tumoraux peuvent être produits par des cellules cancéreuses ou par des cellules du corps en réaction à la présence d’un cancer. Ces marqueurs peuvent être détectés dans le sang ou d’autres liquides corporels et ils peuvent servir à dépister un cancer ou à évaluer la réaction à un traitement chez une personne atteinte.

On peut utiliser l’antigène prostatique spécifique (APS) comme marqueur tumoral dans le cas du cancer de la prostate, par exemple.

gène

Unité biologique fondamentale responsable de la transmission des caractères héréditaires des parents à leur enfant. Les gènes sont des segments d’ADN qui déterminent les caractéristiques particulières d’une personne.

survie

Pourcentage de personnes atteintes d’une maladie qui sont toujours en vie à un certain moment donné après avoir reçu leur diagnostic.

Les données statistiques sur la survie au cancer sont souvent fournies pour une période de survie de 5 ans. Ces données indiquent le pourcentage de personnes atteintes d’une maladie en particulier qui sont toujours en vie 5 ans après avoir reçu leur diagnostic. Il peut s’agir de personnes qui n’ont pas de récidive, qui sont en rémission ou qui reçoivent encore des traitements.

Histoires

Nikki Ross Agir comme bénévole durant le Mois de la jonquille est une façon amusante d’afficher son soutien envers les personnes atteintes de cancer et les survivants.

Lisez l’histoire de Nikki

Ne manquez pas la Journée de sensibilisation à la reconstruction mammaire

La Journée de sensibilisation à la reconstruction mammaire est un événement annuel GRATUIT qui vous met en lien avec des experts en reconstruction mammaire renommés afin de répondre à toutes vos questions.

Plus de 30 événements à travers le Canada!

Apprenez-en plus