Vous êtes ici:

Mutations sporadiques (acquises) et risque de cancer

La plupart des cancers sont causés par des changements dans les gènes qui surviennent généralement par hasard et qui ne sont pas héréditaires. Ils sont acquis à un moment donné dans la vie d'une personne. Ces changements génétiques sont appelés mutations sporadiques (spontanées) ou acquises. Il arrive parfois que ces mutations soient des erreurs qui se sont produites lors de la division cellulaire. Elles peuvent aussi apparaître parce que quelque chose a endommagé l'ADN de la cellule comme le tabac, l’exposition à certains produits chimiques et à la radiation. Le risque d’apparition de mutations sporadiques augmente avec l’âge.

La plupart des mutations sporadiques se produisent dans les cellules somatiques. Une cellule somatique est toute autre cellule que les ovules et les spermatozoïdes, qui sont des cellules germinalescellules germinalesCellule reproductrice (spermatozoïde chez l’homme et ovule chez la femme).. Les mutations affectant les cellules somatiques ne peuvent pas être transmises d’un parent à un enfant. Les mutations qui peuvent être ainsi transmises, c’est-à-dire qui sont héréditaires, sont présentes dans toutes les cellules d’un individu, dont les cellules germinales.

Réduction du risque

Vous pouvez ainsi aider à réduire votre risque d’être atteint de cancer :

  • vivez sainement
    • Vous pouvez réduire votre risque de cancer en faisant des choix santé chaque jour.
  • soyez avisé
    • Vous pouvez aider à détecter un cancer à un stade précoce en passant régulièrement un examen de santé, en participant à un programme de dépistage et en vous familiarisant avec votre corps.
  • engagez-vous
    • Vous pouvez lutter pour du changement dans votre communauté afin d'aider à réduire les risques de cancer.

Histoires

Dr Troy Harkness À la recherche de nouveaux moyens de traiter les cancers pharmacorésistants

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus