Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Poids corporel

De nombreux Canadiens ont un poids trop élevé – plus de la moitié des adultes âgés de 18 ans et plus et près du tiers des enfants et des jeunes âgés de 5 à 18 ans font de l’embonpoint ou sont obèses. Une mauvaise alimentation trop riche en calories et un manque d’activité physique régulière peuvent mener à l’embonpoint et à l’obésité. Les personnes qui font de l’embonpoint ou qui sont obèses ont un taux élevé de graisse corporelle et risquent davantage d’être atteintes de problèmes de santé comme le diabète, l’hypertension artérielle, une maladie cardiaque, un accident vasculaire cérébral et certains types de cancer.

Avoir un poids santé aide à se sentir en forme et à être flexible, à avoir plus d’énergie et à réduire le risque de problèmes de santé liés au poids.

Qu’est-ce qu’un poids santé

Le poids santé diffère pour chacun, alors consultez votre médecin afin de savoir quel est le vôtre. Avoir un poids santé ne signifie pas être maigre, mais vous pourriez être surpris d’apprendre combien de livres « supplémentaires » vous rendent obèse ou même juste gras du point de vue médical.

L'indice de masse corporelle (IMC) et le tour de taille sont 2 outils que les professionnels de la santé utilisent couramment afin de savoir si une personne fait de l’embonpoint ou est obèse.

Retour au menu

Indice de masse corporelle

Un outil appelé indice de masse corporelle (IMC) aide à déterminer si un adulte risque d'avoir des problèmes de santé parce qu'il a un poids insuffisant ou un excès de poids. L’IMC a recours à un graphique qui se base sur le poids et la grandeur. On calcule l'IMC en divisant le poids d'une personne (en kilogrammes) par sa grandeur (en mètre carrés). On cherche ensuite ce résultat dans le tableau pour déterminer le risque d’apparition de problèmes de santé.

Risque pour la santé et indice de masse corporelle (IMC)
GroupeIMC (kg/m2)Risque d’être atteint de problèmes de santé

poids insuffisant

moins de 18,5

accru

poids normal

18,5 à 24,9

moindre

excès de poids

25 à 29,9

accru

obésité

classe I

classe II

classe III

30 ou plus

30 à 34,9

35,0 à 39,9

40 ou plus

élevé

très élevé

extrêmement élevé

Source : Santé Canada

On n'utilise pas l'IMC de la même façon pour les jeunes de moins de 18 ans et les femmes qui sont enceintes ou qui allaitent. Déterminer l’IMC d’un enfant se fait différemment de chez l’adulte. Les enfants et les adolescents sont encore en développement et leur quantité de graisse corporelle change au fur et à mesure qu’ils grandissent. Les graphiques de l’IMC diffèrent aussi que l’enfant soit un garçon ou une fille. Consultez votre médecin si vous voulez savoir si votre enfant est trop mince ou trop gras pour son âge.

Inconvénients de l’IMC

L’IMC n’est pas un outil parfait. Son emploi comme mesure d’obésité a certains désavantages.

  • L’IMC est une mesure indirecte de la quantité de graisse corporelle.
  • L’IMC ne reflète pas nécessairement les changements qui surviennent avec l’âge.
  • L’IMC et la quantité de graisse sont en fait différents chez l’homme et la femme. La femme a souvent un pourcentage plus élevé de graisse qui ne se reflète pas dans le poids ni la grandeur.
  • L’IMC peut ne pas refléter la différence entre la quantité de graisse excédentaire et la masse musculaire. Les personnes minces comme les athlètes, par exemple, peuvent parfois avoir un IMC élevé en dépit d’une masse musculaire élevée.
  • L’IMC peut être calculé en fonction des mesures du poids et de la grandeur fournies par la personne, ce qui pourrait affecter l’exactitude du résultat.

Retour au menu

Tour de taille

Le tour de taille (TT) est un autre indicateur du risque pour la santé lié à un surplus de graisse abdominale (autour du ventre). L'excès de graisse à la taille et au tronc (forme de pomme) engendre un risque pour la santé qui est plus élevé que l'excès de graisse aux hanches et aux cuisses (forme de poire). On mesure le TT autour de l'abdomen, entre la dernière côte et la partie supérieure de l'os pelvien chez une personne debout.

En général, le risque d'avoir des problèmes de santé, dont le cancer, augmente lorsque le TT est supérieur à 102 cm (40 pouces) chez l’homme et à 88 cm (35 pouces) chez la femme. Même si l'IMC se trouve dans les valeurs normales, un TT élevé révèle un certain risque pour la santé. Un excès de graisse abdominale engendre une hausse du risque de cancer colorectal et peut accroître le risque des cancers du pancréas, du sein chez les femmes postménopausées et de l’utérus (endomètre).

Retour au menu

Embonpoint ou obésité et cancer

La recherche a démontré que l'embonpoint et l’obésité font augmenter le risque de cancer.

Cancer du sein - L'effet de l'obésité sur le risque de cancer du sein est lié à la ménopauseménopauseMoment au cours de la vie d’une femme qui correspond à l’arrêt de la production d’ oestrogène par les ovaires et à l’absence de menstruations pendant 12 mois. Chez la plupart des femmes, la ménopause survient entre 45 et 55 ans. chez la femme. Les femmes postménopausées qui ont un excès de poids ou qui sont obèses risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du sein que les femmes qui ont un poids santé.

Cancer colorectal – Le cancer colorectal apparaît plus souvent chez les personnes qui ont un excès de poids ou qui sont obèses que chez celles qui ont un poids santé. Cette hausse du risque a été signalée chez les hommes dont l'IMC est élevé, mais le lien entre l'IMC et le risque chez la femme semble moins important.

Cancer de l'œsophage – Les personnes qui ont un excès de poids ou qui sont obèses sont plus susceptibles d'être atteintes d'un cancer de l'œsophage que les personnes qui ont un poids santé.

Cancer de la vésicule biliaire – Des études ont démontré que l’embonpoint et l’obésité sont des facteurs de risque du cancer de la vésicule biliaire.

Cancer du rein – Des études ont révélé un lien entre le cancer du rein (carcinome à cellules rénales) et un excès de poids ou l'obésité.

Cancer de l'utérus (endomètre) – Les femmes qui ont un excès de poids ou qui sont obèses risquent davantage que les femmes ayant un poids santé d'être atteintes d'un cancer de l'utérus.

Cancer du pancréas – Des études révèlent que les personnes ayant un IMC plus élevé risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du pancréas.

Cancer du foie – Des études ont démontré que l’obésité est liée à une hausse du risque de cancer du foie.

Cancer de la prostate – Des études ont démontré que l’embonpoint et l’obésité font augmenter le risque de cancer de la prostate de stade avancé.

Il semble aussi y avoir un faible lien entre le cancer de la glande thyroïde et la hausse de l’IMC.

Les chercheurs ne savent pas exactement comment l’embonpoint et l'obésité font augmenter le risque de cancer. Cela peut être différent pour chaque type spécifique de cancer. On croit que l'obésité peut causer des changements dans les taux d'hormoneshormonesSubstance qui régule certaines fonctions du corps comme le métabolisme, la croissance et la reproduction., comme les hormones sexuelles (telles que l'œstrogèneœstrogèneHormone sexuelle femelle qui est à l’origine du développement des caractères sexuels féminins (comme les seins) et qui est essentielle à la reproduction., la progestéroneprogestéroneHormone sexuelle femelle dont le rôle est de préparer l'utérus (matrice) pour la grossesse et les seins pour la lactation après l'accouchement. et les androgènesandrogènesType d’hormone qui régule la croissance, le développement et le fonctionnement de l’appareil reproducteur masculin (groupe d’organes qui jouent un rôle dans la procréation). Les androgènes contrôlent aussi l’apparition des caractères physiques masculins comme la voix grave, la pilosité faciale et co) ou l'insuline. Cela pourrait expliquer la hausse du risque d’apparition du cancer du sein, du cancer colorectal et du cancer de l'utérus.

Retour au menu

Réduction du risque

On peut prévenir environ le tiers de tous les cancers en ayant une alimentation saine, en étant actif et en maintenant un poids santé. Une alimentation saine et bien équilibrée ainsi que la pratique régulière d'une activité physique sont 2 des meilleures façons d'atteindre et de maintenir un poids santé. Les personnes qui font de l’embonpoint ou qui sont obèses devraient éviter de prendre davantage de poids et essayer de perdre du poids en mangeant plus sainement et en faisant plus d'exercice.

Pour vous aider à maintenir un poids santé :

  • Suivez les recommandations du Guide alimentaire canadien et adoptez une alimentation bien équilibrée constituée de divers fruits et légumes et de beaucoup de fibres chaque jour mais de peu de graisse, de sucre et de moins d’aliments transformés.
  • Essayez de boire au moins 6 à 8 verres d'eau (ou autre liquide sans caféine) chaque jour. Lorsque vous êtes actif physiquement ou qu'il fait chaud à l'extérieur, buvez plus d'eau.
  • Suivez les directives en matière d’activité physique pour votre groupe d’âge.
  • Discutez avec votre médecin ou une diététiste si vous devez perdre du poids. De petits changements apportés graduellement à votre alimentation et à votre degré d'activité peuvent faire une différence.
    • Essayez de ne pas sauter de repas, car cela pourrait vous porter à manger davantage plus tard.
    • Remplacez les aliments, boissons et collations riches en matières grasses par des choix faibles en matières grasses. Optez pour des coupes de viande plus maigres. Évitez les aliments riches en calories.
    • Prenez de plus petites portions et planifiez vos repas autour des légumes, des fruits et des produits céréaliers.
    • Méfiez-vous des diètes et des produits d'exercice qui vous promettent d'obtenir des résultats facilement et rapidement. La plupart des diètes échouent puisque conserver un poids santé ne dépend pas seulement de la réduction de la quantité de nourriture consommée ou de l’exercice pratiqué pendant une courte période.

Retour au menu

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Un coup de pouce pour les familles

Illustration d’une foule

La Société canadienne du cancer aide à défrayer les familles qui ont à assumer des coûts liés au traitement d’un enfant atteint de cancer.

Apprenez-en plus