Vous êtes ici:

Publication Statistiques canadiennes sur le cancer

Cette publication annuelle fournit aux professionnels de la santé, aux chercheurs, aux décideurs et au grand public des renseignements détaillés sur l’incidence des cancers les plus courants, sur la mortalité associée à ces derniers selon l’âge, le sexe, l’année de même que la province ou le territoire. Elle est le fruit d’un partenariat entre la Société canadienne du cancer, l’Agence de la santé publique du Canada et Statistique Canada, en collaboration avec les registres provinciaux et territoriaux du cancer.

Il est possible de reproduire le contenu de cette publication en indiquant la citation suggérée suivante :
Comité consultatif des statistiques canadiennes sur le cancer. Statistiques canadiennes sur le cancer 2018. Toronto, ON: Société canadienne du cancer, 2018. Accessible à cancer.ca/Canadian-Cancer-Statistics-2018-FR (consulté le [date]).

  • Données et schémas 2018
  • Statistiques nationales sur le cancer en un coup d’œil

    On estime :

    • Que 206 200 nouveaux diagnostics de cancer et 80 800 décès causés par cette maladie au Canada en 2017.
    • Que la moitié de tous les nouveaux cas seront attribuables au cancer du poumon, au cancer colorectal, au cancer du sein et au cancer de la prostate.
    • Qu’environ 1 Canadien sur 2 aura un cancer au cours de sa vie, et qu’un sur quatre en mourra.
    • Que 60 % des Canadiens seront toujours en vie cinq ans après leur diagnostic de cancer. 
  • Les statistiques sur le cancer en Québec en un coup d’œil 
    Aperçu des nouveaux cas et des décès

    On estime à 206 200 le nombre de nouveaux diagnostics de cancer et à 80 800 le nombre de décès par cancer au Canada en 2017. Les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate sont les quatre cancers les plus souvent diagnostiqués.

    On estime qu’en 2017, quelque 21 800 personnes ont été emportées par un cancer au Québec, et que 53 200 nouveaux ont été diagnostiqués.

    Statistiques de cancer chez les hommes au Québec

    Au Québec, le cancer de la prostate est le type de cancer le plus souvent diagnostiqué chez les hommes. 

    En 2017 :

    • On estime que 4 800 hommes ont reçu un diagnostic de cancer de la prostate.
    • On estime que 4 400 hommes ont reçu un diagnostic de cancer du poumon.
    • On estime que 3 800 hommes ont reçu un diagnostic de cancer colorectal.

    Au Québec, le cancer du poumon est la principale cause de mortalité par cancer chez les hommes. 

    En 2017 :

    • On estime que 3 600 hommes sont décédés des suites du cancer du poumon.
    • On estime que 1 350 hommes sont décédés des suites du cancer colorectal.
    • On estime que 880 hommes sont décédés des suites du cancer de la prostate.
    Statistiques de cancer chez les femmes au Québec

    Au Québec, le cancer du sein est le type de cancer le plus souvent diagnostiqué chez les femmes. 

    En 2017 :

    • On estime que 6 500 femmes reçu un un diagnostic de cancer du sein.
    • On estime que 4 300 femmes reçu un un diagnostic de cancer du poumon.
    • On estime que 3 000 femmes reçu un un diagnostic de cancer colorectal.

    Au Québec, le cancer du poumon est la principale cause de mortalité par cancer chez les femmes. 

    En 2017 :

    • On estime que 3 100 femmes sont décédés des suites du cancer du poumon.
    • On estime que 1 300 femmes sont décédés des suites du cancer du sein.
    • On estime que 1 200 femmes sont décédés des suites du cancer colorectal.

    Les estimations ci-dessus sont tirées des Statistiques canadiennes sur le cancer 2017. Ces statistiques sont préparées dans le cadre d’un partenariat entre la Société canadienne du cancer, l’Agence de la santé publique du Canada et Statistique Canada, en collaboration avec les registres provinciaux et territoriaux du cancer.

Histoires

Dr Darren Brenner L’effet du mode de vie et de l’environnement sur le cancer

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus