Vous êtes ici:
A-|A|A+

Nos prix scientifiques

La Société canadienne du cancer promeut et reconnait l’excellence de réalisations exceptionnelles dans le domaine de la recherche sur le cancer.

Depuis 1993, nous avons reconnu le travail des meilleurs chercheurs au pays par les prix d’excellence de la Société canadienne du cancer. Nous sommes fiers de rendre hommage à ces hommes et ces femmes de talent qui ont joué un rôle clé dans les progrès de la recherche sur le cancer.

Ces personnes ont apporté une contribution importante et significative en participant aux progrès de la recherche biomédicale sur le cancer ou en dirigeant une recherche qui a eu un impact majeur sur la lutte contre le cancer au Canada. Félicitations à tous nos lauréats!

Prix Robert L. Noble

Le prix Robert L. Noble souligne les réalisations exceptionnelles de chercheurs spécialisés en recherche biomédicale de base liée au cancer. Il a été nommé en hommage au DNoble, un chercheur canadien émérite dont les recherches menées dans les années 1950 ont abouti à la découverte de la vincristine. Ce médicament anticancer, extrait de la pervenche, est encore utilisé dans le traitement de divers cancers.

Le prix est assorti d'une contribution de 20 000 $ aux recherches du récipiendaire.

Dre Morag Park, récipiendaire en 2017

Dre Morag ParkLa Dre Morag Park est une véritable figure de proue de la recherche canadienne sur le cancer, et jouit d’une grande renommée pour avoir repéré des événements clés dans l’apparition d’un cancer et montré l’importance de l’environnement tumoral pour l’évolution du cancer. Elle a également fait preuve d’un leadership exceptionnel en établissant des stratégies nationales de recherche sur le cancer.

L’une de ses premières réalisations marquantes a été l’isolement de la Met, une protéine de signalisation cellulaire qui aide à régir la croissance, la survie et le mouvement des cellules. La Dre Park a été l’une des premières à découvrir le rôle important de cette protéine dans le cancer, et à démontrer que celle-ci pouvait entraîner le développement de tumeurs d’une manière inattendue. Ses recherches ont fait ressortir la Met comme une cible thérapeutique prometteuse contre le cancer.

La Dre Park a aussi fait avancer nos connaissances sur les cellules de soutien non cancéreuses qui entourent les tumeurs, soit le microenvironnement tumoral. Par exemple, elle a décrit comment les patrons d’activité génétique dans les cellules de soutien des tumeurs sont prédictifs des résultats qui seront obtenus en clinique chez les femmes atteintes d’un cancer du sein. Ce faisant, elle a également ouvert une nouvelle avenue pour la mise au point de traitements anticancéreux.

En tant que sommité scientifique au Canada, la Dre Park a été directrice scientifique de l’Institut du cancer des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) de 2008 à 2013. À ce titre, elle a participé à l’établissement de partenariats entre des organismes canadiens et internationaux de recherche sur le cancer en vue de coordonner les efforts de recherche.

La Dre Park est considérée comme l’une des personnalités les plus influentes du monde dans le domaine de la recherche sur le cancer du sein. Elle a amélioré notre compréhension du cancer grâce à son travail, et a guidé nos chercheurs afin qu’ils aient le plus d’impact possible sur cette maladie au Canada et ailleurs.

Prix O. Harold Warwick

Le prix O. Harold Warwick souligne les réalisations exceptionnelles de chercheurs spécialisés en recherche liée à la lutte contre le cancer. Il est nommé en hommage au Dr Warwick. Ce pionnier de la recherche dans le traitement et la lutte contre le cancer fut le premier directeur général de l’ancien Institut national du cancer du Canada et de la Société canadienne du cancer.

Le prix est assorti d'une contribution de 20 000 $ aux recherches du récipiendaire.

Dr Brian O'Sullivan, récipiendaire en 2017

Dr Brian O'SullivanLe Dr Brian O’Sullivan est un radio-oncologue de renommée internationale qui a apporté des contributions remarquables à la recherche clinique sur la lutte contre le cancer depuis plus de 30 ans. Il a changé les paradigmes avec ses découvertes qui, en permettant d’optimiser la radiothérapie et d’en réduire au minimum les effets secondaires, ont façonné les stratégies de traitement du cancer partout dans le monde.

Le Dr O’Sullivan se distingue par le fait d’avoir transformé les soins pour deux types de cancer complètement différents : les cancers de la tête et du cou, et les sarcomes des tissus mous qui touchent les tissus de soutien ou les tissus conjonctifs du corps (comme les muscles et les graisses).

Les traitements actuels pour les cancers de la tête et du cou ont parfois des effets secondaires dévastateurs. Les recherches du Dr O’Sullivan ont indiqué dans quels cas il est sûr de traiter un cancer des amygdales avec une dose plus faible de rayonnements pour aider à préserver la fonction des glandes salivaires et à prévenir des complications à long terme. Elles ont aussi montré dans quels cas un traitement moins énergique serait sûr chez les patients atteints d’un cancer de la bouche et de la gorge lié au virus du papillome humain (VHP).

Parmi les réalisations du Dr O’Sullivan en recherche sur le sarcome, un essai clinique pivot a révélé qu’une radiothérapie avait plus de bienfaits si elle était administrée avant plutôt qu’après une intervention chirurgicale. Cet essai a établi une nouvelle norme thérapeutique pour le sarcome, et modifié la pratique partout dans le monde. Plus récemment, par suite des recherches du Dr O’Sullivan, une forme de radiothérapie guidée par imagerie médicale a été adoptée pour le traitement du sarcome dans plusieurs centres de cancérologie du monde.

Le Dr O’Sullivan s’est illustré par son engagement indéfectible de servir la communauté internationale de la recherche sur le cancer, incluant les travaux qu’il effectue de longue date avec l’Union for International Cancer Control (UICC) afin d’améliorer le système de classification TNM (tumeur, ganglions lymphatiques, métastases) et de le rendre plus accessible dans le monde entier. Ses travaux ont eu un impact direct sur les soins contre le cancer, et ont conduit à des stratégies de traitement améliorées causant moins d’effets secondaires.

Prix William E. Rawls

Le prix William E. Rawls souligne les réalisations exceptionnelles d’un jeune chercheur dont les recherches pourraient mener – ou ont déjà contribué – à des avancées importantes en matière de lutte contre le cancer. Il rend hommage au Dr Rawls, qui a siégé à de nombreux comités et groupes consultatifs de l’ex-Institut national du cancer du Canada, dont il a été élu président en 1986. Ses recherches ont porté sur les virus, surtout les virus reliés aux maladies chroniques et au cancer du col utérin.

Le prix est assorti d'une contribution de 20 000 $ aux recherches du récipiendaire.

Dr Philippe Bedard, récipiendaire en 2017

Dr Pilippe BedardLe Dr Philippe Bedard est un oncologue médical qui est en train de remodeler le domaine de la médecine du cancer personnalisée au Canada. Les essais cliniques novateurs qu’il dirige, basés sur des traitements anticancéreux appariés aux caractéristiques moléculaires d’une tumeur, changent la façon de traiter le cancer.

L’une de ses nombreuses réalisations a été l’établissement et la codirection d’un programme de profilage moléculaire visant à cartographier les anomalies présentes dans des tumeurs solides avancées pour permettre de remplir la promesse d’une médecine du cancer personnalisée. Des centaines de gènes cancéreux dans des échantillons de tumeurs prélevés chez des milliers de patients ont ainsi été évalués, et les résultats ont vite servi à orienter les décisions sur le traitement personnalisé. Le programme s’étend maintenant à tout l’Ontario, et le Dr Bedard a mené deux essais pour vérifier s’il améliore les soins dispensés aux patients.

En plus de nombreux essais cliniques sur le cancer du sein, le Dr Bedard procède aux premiers essais de nouveaux traitements novateurs chez des êtres humains. Il possède une connaissance approfondie des essais complexes où sont combinés de multiples médicaments ciblés ou des immunothérapies. Ensemble, ces essais fournissent des données probantes clés sur l’innocuité, les bienfaits et les limites des traitements anticancéreux ciblés ou personnalisés.

Le Dr Bedard est reconnu internationalement comme une sommité en génomique du cancer et comme un excellent mentor pour les chercheurs-cliniciens de demain. En évaluant l’innocuité et l’efficacité de nouveaux traitements et en intégrant le profilage moléculaire aux soins habituels, le Dr Bedard contribue grandement aux progrès dans la lutte contre le cancer au Canada et ailleurs.

Prix Bernard et Francine Dorval

Le prix Bernard et Francine Dorval souligne les réalisations exceptionnelles d’un jeune chercheur spécialisé en recherche biomédicale de base liée au cancer, et dont les recherches pourraient mener – ou ont déjà contribué – à des améliorations en matière de traitements ou de remèdes contre le cancer. Il rend hommage à Bernard et Francine Dorval, qui ont aidé la Société à lever plus de deux millions de dollars qui ont servi à financer les subventions de recherche, les politiques et les programmes de la Société.

Le prix est assorti d'une contribution de 20 000 $ aux recherches du récipiendaire.

Dr Daniel De Carvalho, corécipiendaire en 2017

Dr Daniel De CarvalhoLe Dr Daniel De Carvalho est l’une des étoiles montantes du Canada dans le domaine de la recherche sur le cancer. Au début de sa carrière, il a déjà transformé notre connaissance du processus de régulation de l’activité génétique dans les cas de cancer, ce qui a donné lieu à des approches thérapeutiques novatrices.

Le Dr De Carvalho mène des recherches sur l’épigénétique (marques chimiques sur l’ADN qui servent de code pour activer ou désactiver des gènes), afin de savoir en quoi elle influe sur le développement du cancer et comment elle peut conduire à de nouveaux traitements. Ses recherches comprennent aussi une interface avec d’autres disciplines de pointe, telles que l’immunologie du cancer et les cellules souches cancéreuses.

De nombreux changements épigénétiques sont décelables en présence d’un cancer, mais seuls certains d’entre eux commandent activement le développement et la croissance d’une tumeur cancéreuse. Le Dr De Carvalho a été le premier à définir les changements épigénétiques qui jouent un rôle déterminant dans le cancer colorectal. Il a aussi découvert qu’un médicament épigénétique peut tromper les cellules souches d’un cancer colorectal en produisant, pour les freiner, la même réponse immunitaire que si elles avaient été infectées par un virus. Ses recherches ont changé radicalement notre conception du mécanisme par lequel les médicaments épigénétiques traitent le cancer. Elles ont également débouché sur de nouveaux essais cliniques où des médicaments épigénétiques jumelés à l’immunothérapie ont vite eu un impact sur la vie des patients.

Le Dr De Carvalho est considéré comme un modèle pour les jeunes scientifiques du pays et d’ailleurs. Il est largement reconnu comme une sommité mondiale qui bâtit des ponts entre plusieurs disciplines de la recherche sur le cancer, accélérant les progrès vers la création d’un monde où personne n’aura à craindre cette maladie.

Dr Mathieu Lupien, corécipiendaire en 2017

Dr Mathieu Lupien

Le Dr Mathieu Lupien est un jeune scientifique innovateur qui est bien positionné pour influencer la recherche sur le cancer au Canada et au-delà de nos frontières. Tôt dans sa carrière de chercheur, il s’est taillé une réputation internationale grâce à ses recherches sur l’épigénétique du cancer, c’est-à-dire le processus par lequel des modifications chimiques sur l’ADN et ses protéines connexes régulent la fonction du génome, comme des interrupteurs de lumières.

Ses travaux pionniers sur le fonctionnement des gènes dans différents types de cancer ont révélé l’importance du génome non codant, qui forme plus de 98 % du génome humain. Le génome non codant était auparavant considéré comme un « déchet » ayant peu de conséquences biologiques. Le Dr Lupien a fourni des données probantes, à l’origine d’un changement de pensée, montrant que ces régions du génome sont en fait d’une importance capitale dans le risque d’apparition et le développement du cancer.

Le Dr Lupien a publié plusieurs découvertes phares illustrant comment la recherche sur l’épigénétique peut mettre au jour le rôle crucial des changements, tant génétiques qu’épigénétiques, de l’ADN non codant dans l’apparition et l’évolution du cancer, et peut révéler de nouvelles cibles pour le traitement de celui-ci. Il a notamment identifié le rôle de variants génétiques et de mutations retrouvés à même l’ADN non codante dans le développement de cancers du sein, de la prostate et du cerveau.

Le Dr Lupien est perçu comme un collaborateur généreux et un mentor exceptionnel pour la prochaine génération de leaders scientifiques canadiens. À son souci du détail en recherche s’ajoutent une aptitude à avoir une « vue d’ensemble » et une passion inspirante. De façon générale, son programme de recherche d’envergure mondiale devrait se traduire directement par un diagnostic et un traitement améliorés du cancer.

A-|A|A+

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Faire face au fardeau financier du cancer

Illustration de pièces de monnaie

La Société canadienne du cancer fournit de précieux renseignements sur les programmes gouvernementaux en matière de revenu, l’aide financière et les autres ressources à la disposition des familles qui essaient de boucler leur budget en cette période difficile.

Apprenez-en plus