Vous êtes ici:
A-|A|A+

Elizabeth Newson

Copropriétaire d’un gîte du passant à New Glasgow à l’Île-du-Prince-Édouard, Elizabeth a pris sa retraite en 2005, après une remarquable carrière dans les services sociaux et de santé. À la suite d’un mandat comme bénévole pour CUSO au Nigéria, elle a travaillé au ministère de la Santé de Terre-Neuve à titre de diététiste avant de se joindre au ministère de la Santé et des Services sociaux de l’Île-du-Prince-Édouard. En mettant l’accent sur la santé publique et la prévention des maladies chroniques, Elizabeth a joué de nombreux rôles au sein du Ministère : elle a agi à titre de coordonnatrice des programmes nutritionnels et d’analyste des politiques en matière de santé, et a de plus évalué les soins de santé primaires. Elle a également fait partie de nombreux comités fédéraux-provinciaux en matière de santé. De plus, elle a été présidente des Diététistes du Canada au début des années 90.

Ayant elle-même fait de la sollicitation pour la Société canadienne du cancer (SCC) pendant une longue période, Elizabeth comprend totalement le dévouement et l’engagement des bénévoles de la SCC. En tant que bénévole, elle a occupé différents postes à la SCC. Elle fait partie du conseil d’administration de la Division de l’Île-du-Prince-Édouard depuis 2006 et elle en est la présidente désignée depuis 2009. Elle est également membre du conseil d’administration national depuis 2007 et a agi à titre de présidente du conseild’administration de 2010 à 2012.

« En tant que présidente sortante, je suis heureuse à l’idée de continuer à servir la Société au cours de la prochaine année. »

A-|A|A+

Histoires

Morgan Smith Même si nous sommes des élèves du secondaire, nous avons été capables de recueillir un bon montant pour la Société canadienne du cancer. Cela montre ce qu’un petit groupe de personnes est capable de faire en unissant ses efforts pour une bonne cause.

Lisez l’histoire de Morgan

Quel est le risque à vie d’avoir le cancer?

Icône - 1 sur 2

Selon le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer, environ la moitié des Canadiens pourraient recevoir un diagnostic de cancer au cours de leur vie.

Apprenez-en plus