A A A

Rapport sur l’expérience du patient 2018 : les faits saillants

20 mars 2018

Le Partenariat canadien contre le cancer (PCCC) a publié, en janvier 2018, Vivre avec un cancer : rapport sur l'expérience du patient. Voici un aperçu des principaux résultats.

Entendre les mots « Vous avez le cancer »

La plupart des patients indiquent que leur diagnostic de cancer leur a été annoncé avec tact. Mais pour la majeure partie d'entre eux, ce moment a aussi été source d'angoisse.

  • Plus du tiers (38,3%) des patients québécois qui avait des angoisses ou des craintes au moment du diagnostic n'ont pas été orientés vers un fournisseur de soins qui aurait pu les aider à répondre à leurs préoccupations.
  • Un patient québécois sur 4 a signalé que ses fournisseurs de soins n'ont pas pris en considération ses préoccupations liées aux déplacements pendant la planification du traitement.

Recevoir des traitements contre le cancer

La majorité des patients disent recevoir suffisamment d'information de la part de leur équipe soignante, mais certains voudraient en savoir plus sur les changements qui pourraient affecter leur vie.

De plus, beaucoup d'entre eux éprouvent des symptômes de détresse et se disent insatisfaits du soutien reçu. Comme dans la plupart des études, le soutien psychosocial est toujours la dimension des soins obtenant la plus mauvaise cote.

  • Plus de la moitié des patients atteints éprouvent des symptômes provoquant de la détresse.
  • Parmi les patients qui ont éprouvé des symptômes provoquant de la détresse, les pourcentages suivants ont indiqué avoir des niveaux modérés à élevés :

  • Un patient sur quatre a indiqué ne pas être satisfait du soutien émotionnel reçu pendant les soins ambulatoires en oncologie.

Trouver une nouvelle normalité

Après les traitements, les patients continuent d'éprouver diverses difficultés. La fatigue, la peur d'une récidive et les problèmes financiers sont parmi les principales.

  • 8 patients sur 10 ont éprouvé des difficultés physiques après la fin des traitements. La fatigue était la préoccupation pour laquelle il était le plus difficile d'obtenir de l'aide.
  • 7 patients sur 10 ont éprouvé des difficultés émotionnelles après la fin des traitements. La peur de récidive était la préoccupation pour laquelle il était le plus difficile d'obtenir de l'aide.
  • 4 patients sur 10 ont éprouvé des difficultés pratiques après la fin des traitements. Les problèmes financiers étaient la préoccupation pour laquelle il était le plus difficile d'obtenir de l'aide.
  • Seulement 1 patient sur 2 ayant présenté des difficultés émotionnelles ou pratiques a reçu de l'information utile qui répondait à ses besoins.

Des pistes pouvant améliorer l'expérience du patient

Le Service d'information de la Société canadienne du cancer (SCC) : Grâce à nos spécialistes en information, facilement accessibles par téléphone, et notre répertoire des ressources continuellement mis à jour, la SCC peut prendre le temps de discuter et de répondre aux préoccupations des patients et les orienter vers les services qui peuvent les aider.

Le référencement systématique : Trop souvent, les patients et leurs proches n'osent pas demander... Le référencement systématique permet aux spécialistes de la SCC d'initier l'appel, après l'obtention de leur autorisation par un professionnel de la santé. Pendant l'appel, le spécialiste prend le temps de discuter des préoccupations du patient (ou du proche aidant) et peut l'orienter vers les différentes ressources disponibles, que ce soit vers les services de la SCC ou vers ceux offerts par d'autres organismes.

Pour plus d'informations sur le rapport :

Télécharger le rapport complet (PDF)

Télécharger le résumé du rapport (PDF)