A A A

Détecter le cancer dans une goutte de sang

La détection précoce est un ingrédient essentiel pour sauver plus de vies. Une nouvelle technologie pourrait permettre de détecter le cancer du sein plus tôt et plus facilement grâce aux travaux du Dr David Juncker.

Plus la maladie est décelée tôt, plus les chances d’en guérir sont élevées. C’est justement sur cela que travaillent David Juncker et son équipe de l’Université McGill. Grâce au soutien financier de la Société canadienne du cancer, ces chercheurs ont développé il y a quelques années une micropuce capable de détecter, dans le sang, des substances associées au cancer.

Plus récemment, l’équipe du Dr Juncker s’est servie de cette nouvelle technologie pour découvrir, chez la souris, six substances sanguines qui augmentent avec la taille de la tumeur. « Ces biomarqueurs associés au cancer du sein étaient parfois décelés avant même que la tumeur soit perceptible lors d’une palpation du sein », dit le chercheur.

Cette avancée ne remplacera pas la mammographie ni la connaissance que les femmes doivent avoir de leurs seins. Elle pourrait toutefois autant servir à détecter le cancer qu’à mesurer l’efficacité des traitements. Le laboratoire de l’Université McGill poursuit ses travaux pour développer une micropuce encore plus performante. Contribuez à ce projet de recherche et aux centaines d’autres que finance la Société canadienne du cancer à l’échelle du pays.