La détection précoce et la sensibilisation pour tous

Portrait
Lezlie Lee Kam

Native de Trinité-et-Tobago et fière membre de la communauté canadienne LGBTQ (lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, en questionnement), Lezlie Lee Kam croit fermement au bénévolat et à redonner à ceux qui aident les autres. Appuyant activement les droits des LGBTQ depuis 1976, elle a contribué à aider les jeunes lesbiennes, surtout les femmes de couleur, à sortir du placard en informant leurs amis et leur famille de leur homosexualité. Aujourd’hui, à 59 ans, Lezlie est non seulement membre active du Senior Pride Network, elle est aussi un modèle pour le dépistage du cancer dans les communautés LGBTQ.

Le tout a débuté quand Lezlie a fait un test de recherche de sang occulte dans les selles (test de RSOS) il y a six ans. Le test, qui vise à chercher du sang caché dans les selles, s’est avéré positif. Préoccupée par les résultats, elle n’a pas voulu prendre de chances concernant sa santé et a immédiatement suivi les directives de son médecin pour subir des tests supplémentaires. 

Sans tarder, une coloscopie a été prescrite pour Lezlie et a révélé la présence de polypes précancéreux dans son côlon. Bien que choquée d’apprendre que le cancer maraudait dans son corps, elle est reconnaissante que les polypes aient été trouvés tôt et enlevés avant qu’il ne soit trop tard. 

« Je pense qu’il existe une idée fausse dans les communautés LGBTQ disant que parce nous ne sommes pas hétérosexuels, nous sommes immunisés de quelque façon à un diagnostic de cancer », explique Lezlie. « Moi aussi je pensais que cela ne pourrait pas m’arriver. » 

Réalisant que son assiduité à subir un test de RSOS régulièrement a prévenu le cancer, Lezlie a décidé de se consacrer à partager son histoire avec ses amis, sa famille et les autres communautés LGBTQ. Elle voulait qu’ils deviennent conscients que n’importe qui peut développer un cancer et les encourager à être proactifs en subissant un dépistage du cancer colorectal. 

« Je veux dire aux autres des communautés LGBTQ que cette idée fausse doit disparaître et que nous devons prendre au sérieux le dépistage du cancer », ajoute Lezlie. 

Quand elle a commencé à parler à ses amis du dépistage du cancer colorectal, personne n’était au courant de l’existence du test de RSOS. En fait, plusieurs de ses amis LGBTQ ne pensaient pas que le dépistage du cancer était important. 

« Il n’y a définitivement pas assez d’intervention ciblant les communautés LGBTQ sur la sensibilisation au cancer et je pense que ceci doit changer. » 

Le dépistage sauve des vies : Promotion du dépistage du cancer dans les communautés LGBTQ

Inauguré à temps pour Fierté 2013, le programme Le dépistage sauve des vies de la Société canadienne du cancer vise à mieux sensibiliser au dépistage du cancer colorectal, du sein et du col de l’utérus dans les communautés LGBTQ d’Ottawa, d’Hamilton et de Toronto. Dans le cadre de cette nouvelle initiative, nous formerons des bénévoles pour parler à leurs amis, familles et réseaux sociaux sur l’importance du dépistage du cancer, nous développerons du matériel sur la prévention du cancer, y compris un site Web s’adressant aux communautés LGBTQ, nous travaillerons avec des partenaires communautaires pour offrir une formation aux fournisseurs de soins de santé et nous organiserons des occasions de dépistage du cancer pour les LGBTQ. 

Cette année, Lezlie a offert de servir de modèle pour notre initiative Le dépistage sauve des vies parce qu’elle croit que plus de lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres et personnes en questionnement doivent savoir comment le dépistage du cancer peut sauver des vies. Apprenez-en davantage sur le programme Le dépistage sauve des vies et comment participer en visitant cancer.ca/getscreened.


Abonnez-vous au bulletin de la Société