Ce n’est jamais un « simple cancer de la peau », dit une survivante

Portrait
Kim Gurtler

Kim Gurtler et sa famille ont toujours donné priorité à un mode de vie sain. Entraîneuse personnelle à temps partiel, Kim mange bien, ne fume pas et fait beaucoup d’exercice. Elle n’avait jamais pensé à la possibilité de développer un cancer. Mais en 2008, à 39 ans, un grain de beauté de forme irrégulière sur la cuisse a été diagnostiqué comme étant un mélanome (cancer de la peau).

« Le cancer a touché plusieurs membres de ma famille élargie au fil des ans mais nous sommes très en santé alors je n’avais jamais imaginé que je pourrais avoir un cancer », dit Kim de sa résidence à Ottawa. « J’étais complètement sous le choc quand j’ai appris la nouvelle. »

Il n’existe pas de cause unique du mélanome, mais certaines choses, incluant l’exposition au soleil et les lits de bronzage, les yeux ou les cheveux de couleur pâle, et la peau qui brûle facilement ou développe des taches de rousseur, peuvent augmenter votre risque. Kim, avec ses cheveux blonds et son teint clair, brûle facilement. Elle admet aussi avoir essayé le bronzage artificiel quelques fois.

Malgré une chirurgie réussie, son combat contre le cancer n’a pas pris fin. « Ce qui fait peur avec un mélanome est qu’il peut récidiver n’importe quand », dit Kim, qui partage des leçons sur un mode de vie sain en tant que bénévole de la prévention de la Société canadienne du cancer. « Ne le sous-estimez pas – ce n’est jamais un « simple cancer de la peau ». Quand vous avez un mélanome, vous n’êtes jamais vraiment considéré en rémission. J’ai peur qu’il revienne et quand je découvre une nouvelle bosse, je suis effrayée. Mon oncologue prend les choses très au sérieux. »

Quand elle fait des présentations sur la prévention du cancer, Kim utilise son expérience du cancer pour éduquer les gens sur l’importance d’un mode de vie sain qui inclut protéger la peau contre les rayons nocifs du soleil et éviter le bronzage artificiel.

Des jeunes ontariens évitent le bronzage artificiel

Des milliers d’étudiants partout en Ontario se sont engagés à demeurer sans bronzage pour la remise des diplômes et le bal de finissants ce printemps en participant à l’initiative menée par les étudiants appelée Diplômés sans bronzage. Développé par la Société canadienne du cancer, Diplômés sans bronzage permet aux adolescents ontariens de lutter contre le cancer de la peau en éduquant leurs pairs sur les dangers du bronzage artificiel, en s’engageant à demeurer sans bronzage pour la remise des diplômes et en envoyant des lettres à leurs députés provinciaux pour appuyer une loi sur le bronzage artificiel. Jusqu’à 36 écoles en Ontario ont participé à Diplômés sans bronzage et 32 de ces écoles ont reçu une subvention de 300 $ de la Société pour aider leurs efforts visant à atteindre plus d’étudiants et à transmettre leur message. 

Voici comment des étudiants de trois écoles ont donné vie à Diplômés sans bronzage : 

 

Winston Churchill

 

Les étudiants leaders de l’école Sir Winston Churchill CV&I vêtus de couleur orange et distribuant des tranches d’orange avec le slogan « Une orange est une collation, pas une couleur de peau ». 

Students

 

Vanessa Pichelli

Les étudiants leaders de l’école catholique Sacré-Cœur informent tout le monde que des jaquettes d’hôpital sont des robes de bal parfaites pour accompagner un bronzage meurtrier.

Students

École secondaire Delta

Les étudiants leaders de l’école secondaire Delta déclarent leur école sans bronzage!

Students


Abonnez-vous au bulletin de la Société