Rencontre avec la présidente et chef de la direction qui est prête à changer le visage du cancer

Lynne HudsonDans le cadre d’une décision historique, la Société canadienne du cancer (SCC) et la Fondation canadienne du cancer du sein (FCCS) ont officiellement uni leurs forces! Lynne Hudson, ancienne chef de la direction de la FCCS, a été récemment nommée présidente et chef de la direction de la SCC, et c’est elle qui pilotera les deux organismes tout au long du processus de transition. Nous l’avons rencontrée pour apprendre à la connaître, et pour en savoir un peu plus sur les projets qu’elle entretient pour la SCC.

Quels sont votre vision et vos objectifs pour notre organisme?

Le cancer touche toutes nos vies. Lorsqu’un proche reçoit un diagnostic de cancer, les gens sentent le besoin de réagir d’une façon qui fera une véritable différence. devenir bénévoles, faire un don ou même travailler dans le secteur de la lutte contre le cancer, je souhaite que la Société canadienne du cancer devienne leur partenaire de prédilection. Si nous parvenons à trouver un moyen d’inciter un plus grand nombre de personnes à se joindre à notre cause, nous serons en bonne voie de réaliser notre vision d’un monde où plus personne n’aura à craindre le cancer.

Pourquoi était-il si important pour la SCC et la FCCS d’unir leurs forces?

Pour dire les choses simplement, nous sommes plus forts ensemble. Regrouper les deux plus importants organismes qui œuvrent dans la lutte contre le cancer au Canada signifie que nous pouvons gagner en efficacité dans la gestion des dons que nous recevons. En éliminant les dédoublements et en élargissant la portée de notre action, nous parviendrons à accroître l’impact que nous exerçons sur la vie des Canadiens touchés par le cancer, ainsi que sur le travail des chercheurs,  qui continuent à faire des découvertes scientifiques d’une importance capitale dans les domaines de la prévention, du diagnostic et du traitement de la maladie.

Quelles seront les conséquences de la fusion pour nos donateurs?

Redéfinir l’expérience de nos donateurs est l’une de nos principales priorités. Nous communiquons actuellement de façon active avec nos donateurs et nos bénévoles, pour nous aider à mieux comprendre ce qu’il faut pour devenir l’organisme de bienfaisance de prédilection des gens qui souhaitent faire une différence dans la vie des patients du cancer et de leurs familles. Nous espérons que la fusion avec la FCCS montrera à nos donateurs, ainsi qu’à ceux qui seraient tentés de le devenir, à quel point nous prêchons par l’exemple. Étant donné la pression que subissent les organismes de bienfaisance, nous devons tous trouver des façons de travailler ensemble afin d’accroître notre impact.

Qu’est-ce qui vous stimule le plus dans le fait de diriger la Société canadienne du cancer?

Le Canada fait face à un énorme défi en vue de soutenir les gens qui sont atteints d’un cancer. Le vieillissement de la population entraînera une hausse prévue de 40 % du nombre de cas de cancer au cours des 15 prochaines années. Tous les acteurs du milieu de la santé doivent repenser leur façon de travailler ensemble. À titre de partenaire de confiance dans la lutte contre le cancer et de défenseur inébranlable de la cause des personnes atteintes de la maladie, la Société canadienne du cancer se trouve dans une position idéale pour aider à façonner les changements qui sont nécessaires à tous les niveaux, et dans tous les secteurs.

Quels sont vos loisirs?

J’aime passer du temps à notre chalet familial près de Parry Sound pendant les mois d’été, en compagnie de mon mari, de mes trois enfants et de notre chien, où nous pratiquons toutes sortes d’activités nautiques.

Racontez-nous quelque chose de surprenant à votre sujet?

Très franchement, je suis plutôt le genre de personne qui cache peu de surprises, mais bien des gens sont étonnés d’apprendre que je suis diplômée de l’Université Queen’s en tant qu’ingénieure en mécanique.

Veuillez vous joindre à nous pour souhaiter la bienvenue à Lynne au sein de la SCC!