A A A

Utiliser des virus pour combattre le cancer

23 janvier 2018

Certains virus infectent des cellules saines et nous rendent malades. Dans un sens, les virus peuvent être considérés comme des activateurs du système immunitaire. Normalement, le système immunitaire réagit plus énergiquement pour détruire le virus, et élimine souvent l’infection. Le système immunitaire joue aussi un rôle important dans la lutte contre d’autres infections et maladies, y compris le cancer.

Le cancer est rusé, car il arrive parfois à esquiver le système immunitaire ou même à le désactiver. L’immunothérapie est un type de traitement anticancéreux qui exploite la puissance du système immunitaire d’une personne atteinte de cancer comme arme contre sa maladie. Plusieurs médicaments d’immunothérapie ont été conçus pour traiter certains cancers comme le mélanome, mais sont bénéfiques seulement chez une partie des patients. Les scientifiques doivent disposer de différents moyens pour stimuler le système immunitaire et tuer directement les cellules cancéreuses.

C’est là que les virus rejoignent le traitement du cancer. Les scientifiques ont créé par génie génétique des virus oncolytiques (VO) capables d’infecter et de tuer les cellules cancéreuses sans nuire aux cellules saines, et en déclenchant une réaction immunitaire qui aide à combattre le cancer. La virothérapie oncolytique pourrait un jour devenir une nouvelle option thérapeutique pour les personnes atteintes de cancer.

De nombreux chercheurs financés par la Société canadienne du cancer sont des spécialistes de la virothérapie oncolytique. Grâce à l’appui des donateurs, ils mènent des études de grande qualité qui pourront nous éclairer sur ce traitement novateur et aussi, accélérer son intégration dans la pratique clinique. Voici quelques exemples de projets qui ont été acceptés pour une subvention de la SCC cette année.

Simuler le traitement par des VO en laboratoire

Researcher Dr Jean-Simon Diallo

Les VO sont des traitements biologiques prometteurs contre le cancer. Cependant, comme l’attaque du virus ne fera pas mourir toutes les tumeurs, la stratégie est inefficace chez certaines personnes atteintes. La modélisation mathématique permet aux chercheurs de simuler comment des cellules cancéreuses et des cellules normales vont réagir à un traitement donné, et des modèles animaux les aident à étudier ce qui pourrait se produire chez les êtres humains. En utilisant de tels outils, le Dr Jean-Simon Diallo et son équipe de l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa veulent élaborer et évaluer des associations de VO et de chimiothérapies pour plusieurs types de cancers avancés. Leur but est d’améliorer l’innocuité et l’efficacité des VO, et ils espèrent que leurs nouvelles thérapies feront l’objet d’essais cliniques.

Mettre au point un VO plus fort pour attaquer le cancer du cerveau

Researcher Dr David Stojdl

Le glioblastome multiforme est l’une des formes les plus agressives et les plus courantes de cancer du cerveau, et touche principalement des adultes. Le Dr David Stojdl et son équipe interfonctionnelle du Children’s Hospital of Eastern Ontario sont à élaborer un VO capable de tuer les cellules cérébrales cancéreuses de manière sûre et efficace lorsqu’il est injecté directement dans le cerveau. Ils espèrent améliorer les effets immunostimulants de ce VO afin qu’un meilleur traitement puisse être offert aux personnes avec un glioblastome multiforme.

Jumeler une biothérapie et une immunothérapie

Researcher Dr Yonghong Wan

Une personne atteinte de cancer peut voir son système immunitaire altéré par sa maladie ou par le traitement qu’elle reçoit. Il serait donc nécessaire d’avoir un traitement qui peut à la fois tuer directement les cellules cancéreuses et renforcer les cellules immunitaires qui s’attaquent au cancer dans le corps. Le Dr Yonghong Wan et son équipe de l’Université McMaster souhaitent combiner des thérapies par des lymphocytes T et par des VO pour le traitement des tumeurs solides. La thérapie par des lymphocytes T augmente le pouvoir anticancéreux des lymphocytes T, alors que la thérapie par les VO peut en même temps détruire les cellules cancéreuses directement et stimuler d’autres cellules immunitaires qui ciblent le cancer. Cette approche à trois volets pourrait potentiellement déboucher sur une nouvelle stratégie de traitement pour différentes tumeurs solides.

Si bien des virus causent des maladies, les progrès accomplis en recherche ont montré que certains virus pourraient aussi être capables d’en guérir. Il faudra effectuer beaucoup d’autres recherches avant que les VO puissent être utilisés contre plus de cancers, mais les résultats sont de bon augure. Le généreux appui de nos donateurs permettra de soutenir les efforts du milieu scientifique et, ensemble, nous ferons un pas de plus vers la découverte d’une nouvelle façon de traiter le cancer.

Le présent résumé a été rédigé dans le cadre d’un stage de communications sur la recherche financée par BioCanRx.