Exemples de l’impact de la recherche sur la qualité de vie

01 mai 2015

L’Institut de recherche de la Société canadienne du cancer (IRSCC) subventionne des projets de recherche dans trois secteurs : la prévention, le domaine biomédical et clinique, et la qualité de vie.

Les projets de recherche sur la qualité de vie couvrent de nombreux aspects – notamment les questions d’ordre psychosocial, la survie, les soins de soutien et la fin de la vie – qui peuvent avoir d’importantes répercussions pour les patients, les survivants et les aidants. Voici quelques-unes des avancées les plus notables de la recherche sur la qualité de vie menée en 2014. Pour en savoir plus sur les investissements de l’Institut de recherche de la Société canadienne du cancer (IRSCC), consultez notre Rapport sur l’impact de la recherche 2014.

Nous tenons à remercier vivement nos donateurs, dont la générosité permet d’assurer le financement de ces importants travaux scientifiques.

Dr Tavis Campbell, Université de Calgary

Traiter l’insomnie chez les personnes atteintes de cancer

Tavis Campbell

Les effets notables que le cancer peut avoir le plan psychologique risquent de nuire au rétablissement et à la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie. L’insomnie, entre autres, affecte environ le quart des patients pendant et après le traitement. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est le traitement non médicamenteux recommandé pour combattre l’insomnie.

Or, une autre méthode, la réduction du stress par la pleine conscience (RSPC), a été évoquée comme ayant possiblement des avantages particuliers pour les personnes atteintes de cancer aux prises avec des problèmes de sommeil en raison de l’anxiété.

Le Dr Tavis Campbell et son équipe ont mené une étude comparative de ces deux thérapies. Leurs résultats, publiés dans le Journal of Clinical Oncology, révèlent que la RSPC et la TCC améliorent de manière semblable certains paramètres du sommeil, comme la durée du sommeil et la réduction du stress. Toutefois, la TCC agit plus rapidement et ses effets sont plus durables. Ces observations confirment que la TCC demeure l’option par excellence pour le traitement non médicamenteux de l’insomnie chez les personnes atteintes de cancer.

Dre Camilla Zimmermann, Réseau universitaire de santé, Princess Margaret Cancer Centre

Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancer en les orientant plus tôt vers des soins palliatifs

Dr Camilla Zimmermann

Pour maximiser leur qualité de vie, les personnes atteintes d’un cancer avancé peuvent bénéficier d’un plan de soins personnalisé élaboré avec leur équipe soignante et leurs aidants. La Dre Camilla Zimmermann et son équipe ont mené un essai clinique afin d’étudier l’impact d’une intervention hâtive en soins palliatifs pour ces patients.

Dans un article de la revue The Lancet, la Dre Zimmermann a indiqué que lorsqu’une équipe de soins palliatifs en externe était impliquée plus tôt dans le processus, les patients jouissaient d’une meilleure qualité de vie, éprouvaient des symptômes moins sévères et étaient plus satisfaits de leurs soins, comparativement aux patients recevant des soins standards.

Ces résultats pourraient éventuellement mener à de nouvelles approches en soins palliatifs afin d’alléger l’expérience du cancer pour les personnes atteintes, leurs aidants et leurs proches.