Point de vue de la Société canadienne du cancer à propos du DCA

31 octobre 2013

On entend parfois parler, dans les médias ou ailleurs, du dichloroacétate (DCA) comme d’un possible remède au cancer. Si les études préliminaires fournissent certains résultats intéressants, l’efficacité et l’innocuité de cette substance pour traiter le cancer chez les humains restent à prouver.

Notre point de vue

La Société se préoccupe du fait que certains Canadiens atteints de cancer cherchent à obtenir du DCA, car ses avantages et inconvénients sont encore mal connus. En l’absence de preuves cliniques formelles, la Société ne conseille pas l’utilisation du DCA aux personnes atteintes de cancer, sauf dans le cadre d’essais cliniques. Le DCA n’est pas un traitement homologué contre le cancer au Canada et ne l’est nulle part ailleurs dans le monde.

Les essais cliniques devront d’abord répondre à d’importantes questions, entre autres :

  • Le DCA est-il efficace pour réduire la taille des tumeurs?
  • Le DCA peut-il être utilisé en toute sécurité par les patients atteints de cancer aux doses requises pour être efficaces?
  • Y a-t-il des doses ou des méthodes d’administration spécifiques pour obtenir les effets anticancéreux optimaux?

Contexte

Au début de l’année 2007, des chercheurs de l’Université de l’Alberta ont publié les résultats d’une étude sur le DCA, selon laquelle cette substance s’avérait prometteuse pour réduire la taille de tumeurs chez des rats de laboratoire et dans des lignées cellulaires humaines (cellules humaines cultivées dans des boîtes de Petri).

Par la suite, d’autres études se sont penchées sur le DCA dans différents contextes, notamment un projet de recherche subventionné en 2009 par la Société. Cette étude a démontré que le DCA ne réussissait pas à éliminer les cellules cancéreuses du côlon chez les souris et pouvait même, dans certains cas, favoriser leur croissance. Au début de l’année 2010, des chercheurs ont publié les résultats du premier essai clinique sur le DCA, mené auprès d’un très petit nombre de patients afin d’examiner ses effets sur un type particulier de tumeur cérébrale. Si ces résultats ont soulevé un espoir, les essais cliniques du DCA à titre de traitement contre le cancer en sont encore aux premières étapes (essais de phase 1 et phase 2).

Renseignez-vous sur les essais cliniques du DCA actuellement en cours. Voyez en quoi consistent les diverses phases d’expérimentation des médicaments et traitements contre le cancer.

La mise au point de nouveaux traitements contre le cancer est un processus très long. Il faut du temps pour explorer toutes les possibilités et bien comprendre les premières observations scientifiques. Lorsqu’on tente d’élaborer un nouveau médicament ou traitement, quel qu’il soit, il arrive fréquemment que des données préliminaires encourageantes ne donnent malheureusement pas les résultats escomptés au terme du processus. Les médicaments et les traitements sont développés dans le cadre d’un système qui met à l’épreuve leur valeur scientifique. Avant de franchir chaque étape de développement, les chercheurs doivent recueillir des données substantielles et probantes, suffisamment prometteuses pour justifier un éventuel essai clinique. À l’heure actuelle, la communauté scientifique n’a pas été témoin de tels résultats en ce qui concerne le DCA.

Chaque année, nous invitons les chercheurs canadiens à nous faire parvenir des projets de recherche sur le cancer, qui sont ensuite évalués selon un processus d’examen très rigoureux. Seules les propositions qui offrent le meilleur potentiel pour prévenir le cancer et aider les personnes atteintes de la maladie ainsi que leurs proches peuvent bénéficier d’un financement grâce aux dons recueillis par la Société canadienne du cancer. La Société subventionne actuellement des projets de recherche qui portent directement sur le DCA ou qui examinent ses mécanismes d’action, de manière plus générale. Nous demeurons ouverts aux projets consacrés au DCA; lors de l’attribution des subventions, ces derniers sont pris en considération au même titre que toutes les autres demandes.

La Société canadienne du cancer a à cœur de fournir aux Canadiens les données les plus récentes à propos du traitement du cancer; nos experts suivent de près la recherche menée sur le DCA. Si la science prouve un jour l’efficacité du DCA pour traiter certains types de cancer, la Société actualisera l’information qu’elle diffuse à propos de cette substance.