Une recherche subventionnée par la Société a des répercussions partout au Canada et dans le monde

01 juin 2011

Les essais cliniques aident à trouver des nouvelles méthodes pour diagnostiquer, traiter et prévenir le cancer. Du 3 au 7 juin 2011, l’assemblée annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) a eu lieu à Chicago. Ce congrès est un des plus gros et des plus prestigieux congrès sur le cancer au monde, où plus de 35 000 chercheurs ont présenté et ont été informé sur les récents progrès en oncologie.

Annuellement, parmi les milliers de résumés de recherche soumis pour être présentés, environ 1 % est considéré par le comité de l’ASCO comme étant les « Best of ASCO » (Meilleurs de l’ASCO). Ces recherches sont considérées comme les meilleures ayant la possibilité de changer les pratiques cliniques du monde entier.

La Société finance « les meilleurs des meilleurs »
La grande nouvelle émanant de Chicago est que trois des essais cliniques « meilleurs de l’ASCO » ont été financés par la Société canadienne du cancer par l’intermédiaire du Groupe des essais cliniques de l’INCC.

« Nous sommes ravis que la recherche canadienne soit reconnue comme un chef de file mondial. Cette marque de reconnaissance montre clairement que la recherche financée par la Société canadienne du cancer trouve un écho au sein de la communauté internationale des soins de santé, en particulier du fait de ses répercussions potentielles », explique le Dr Michael Wosnick, vice-président à la recherche, Société canadienne du cancer, et directeur scientifique, Institut de recherche de la Société canadienne du cancer.

Notre impact :

  • Prévention du cancer du sein chez les femmes les plus susceptibles. Notre étude a découvert que le médicament exémestane réduit le risque de développer la maladie de 65 % chez les femmes ayant un risque accru.
  • Traitement du cancer du sein. Notre étude a découvert qu’une radiothérapie additionnelle réduit le risque de récidive chez les femmes ayant un cancer du sein au stade précoce et pourrait améliorer le taux de survie.
  • Traitement du cancer de la prostate. Notre étude a découvert que les hommes atteints d'un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement antiandrogène intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu, tout en ayant moins d’effets secondaires.

Votre appui fait une différence

Le succès de ces essais cliniques n’a été possible que grâce au soutien des donateurs et des bénévoles de la Société canadienne du cancer.

Saviez-vous? La Société canadienne du cancer est le plus important organisme de bienfaisance national à subventionner la recherche sur le cancer au Canada. En fait, une étude récente a découvert que les chercheurs subventionnés par la Société canadienne du cancer ont un impact scientifique plus important que les autres chercheurs au Canada. L’étude, une évaluation du programme de subventions de recherche de la Société, a découvert que les chercheurs de la Société publient plus d’articles, qu’ils publient ces articles dans les revues scientifiques les plus prestigieuses et que leur travail est mentionné le plus souvent par leurs pairs.