Lise Dion passe à l’écran pour parler aux 400 000 Québécoises qui ne passent pas régulièrement une mammographie

25 septembre 2012

Montréal, QC -

Afin de faire la promotion de la mammographie et de dire aux femmes que le Mémo-mamo « C’est pas juste cute, ça peut sauver des vies », Lise Dion a lancé ce soir une capsule vidéo humoristique de deux minutes. Conçue par le scénariste Marc Brunet et réalisée par le cinéaste Ricardo Trogi, cette vidéo fait la promotion du porte-clés aide-mémoire et de la mammographie auprès des femmes de 50 ans et plus.

Du million de femmes admissibles au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), quelque 400 000 ne passent pas une mammographie tous les deux ans. Si toutes les Québécoises invitées à participer au Programme passaient leur examen tel que prescrit, on estime qu’il y aurait 20 % moins de décès liés au cancer du sein.

En quatre sketches, Lise nous présente dans sa vidéo sa belle-sœur, sa meilleure amie, sa voisine et sa grand-mère. Avec l’humour qu’on lui connait, Lise tente de dissiper certaines idées fausses qu’elles entretiennent toutes sur le Mémo-mamo et souhaite leur faire comprendre l’utilité réelle de ce joli porte-clés. Lise Dion invite donc toutes les femmes à visionner sa vidéo sur memomamo.ca et à relayer sa capsule humoristique pour que plus de femmes passent une mammographie aux deux ans et potentiellement sauver des vies.

Aussi, tout au long du Mois de la sensibilisation au cancer du sein, le réseau des pharmacies PJC Jean Coutu du Québec appuiera la SCC et mettra en vente le porte-clés Mémo-mamo de la Société canadienne du cancer au coût de 5 $ chacun au comptoir des ordonnances. Le porte-clés sera aussi offert dans les bureaux régionaux de la SCC.

Ce qu’est le Mémo-mamo et pourquoi il n’est pas juste cute ?

Avec ses billes de tailles différentes, le Mémo-mamo de la SCC est un outil éducatif original qui illustre l’efficacité de la mammographie comme mode de dépistage du cancer du sein. Les plus grosses billes, de la taille de pièces de 25 et de 10 cents, représentent les bosses généralement détectées par les femmes elles-mêmes ou par un professionnel de la santé lors d’un examen clinique. Les plus petites billes représentent le type de lésions pouvant être décelées à l’aide de la mammographie, lesquelles peuvent être aussi petites qu'une tête d'épingle. Il est prouvé que la mammographie permet de détecter le cancer du sein plus tôt, ce qui augmente les chances de réussite du traitement. Au fil des ans, la mammographie a aussi contribué à faire baisser le taux de mortalité du cancer du sein.

Quelles femmes sont touchées par le cancer du sein?

Huit cancers du sein sur dix touchent des femmes de 50 ans et plus. Une femme sur neuf risque d’être atteinte d’un cancer du sein au cours de sa vie. C’est le cancer le plus fréquent et le deuxième plus meurtrier, après le cancer du poumon, chez les femmes. En 2012, 5500 Québécoises (22 700 Canadiennes) vont recevoir un diagnostic de cancer du sein; quelque 1350 Québécoises (5100 Canadiennes) mourront des suites de la maladie.

Où iront les fonds amassés pendant cette campagne?

L'argent recueilli par la vente du Mémo-mamo servira à financer les multiples programmes et services de la SCC. Pour en savoir plus sur la santé des seins, communiquez avec le Service d’information sur le cancer au 1 888 939-3333 ou visitez cancer.ca.

Renseignements :

André Beaulieu

Conseiller principal, Communication

Société canadienne du cancer

Division du Québec

Téléphone : (514) 393-3444