Les taux d’immunisation contre le VPH en milieu scolaire en Ontario doivent augmenter de beaucoup pour mieux prévenir les cas de cancer chez les adultes

15 octobre 2015

Toronto -

Il est recommandé aux parents de filles en 8e année de faire vacciner leurs filles contre le VPH (virus du papillome humain) pour s’assurer que l’Ontario atteigne son objectif d’immuniser 90 % de cette cohorte contre le virus, dont on sait qu'il cause le cancer du col de l'utérus et autres types de cancer chez les adultes, dit la Société canadienne du cancer.

Le programme d’immunisation anti-VPH est le programme d'immunisation en milieu scolaire le moins utilisé dans la province.

Afin d’améliorer les taux d’utilisation, la Société canadienne du cancer lance une campagne de sensibilisation pour encourager les parents à signer le formulaire de consentement au vaccin anti-VPH et à s’assurer que leurs filles reçoivent le vaccin. La campagne milite aussi pour inclure les garçons dans le programme afin que les hommes aient une protection adéquate. Trois quarts des Canadiens seront infectés par le VPH au moins une fois dans leur vie.

Dans le cadre de la campagne, la Société présente une vidéo en ligne mettant en vedette Tifffany Bond, mère et survivante d’un cancer de la gorge qui est lié au VPH et qui aurait pu être évité par le vaccin. Tiffany a reçu son diagnostic à 39 ans. Son expérience illustre le fait que le virus peut causer plusieurs types différents de cancer, en plus du cancer du col de l’utérus. Visionnez la vidéo à cancer.ca/vaccinVPH. 

« J’aurais aimé que le vaccin ait été disponible quand j’étais plus jeune », dit madame Bond. « Ayant vécu ce que j'ai vécu, je ne comprends pas pourquoi les parents choisiraient de ne pas faire vacciner leurs enfants contre le VPH. »

Cet automne, les bureaux de santé publique en Ontario ont envoyé environ 70 000 lettres aux parents des filles de 8e année pour les encourager à faire vacciner leurs filles. Le programme d’immunisation a commencé pendant l’année scolaire 2007-2008, mais dans les régions comme Toronto, les taux d’utilisation du vaccin sont demeurés stagnants à 65 % selon le Bureau de santé publique de Toronto. La Société espère que les taux de vaccination s'amélioreront parce que beaucoup de bureaux de santé publique sont récemment passé à un programme d'immunisation à deux doses plutôt qu'à trois doses. Des preuves scientifiques démontrent que le programme à deux doses est efficace et qu’il rendra le programme d’immunisation plus facile à administrer. 

« Le vaccin anti-VPH peut aider à prévenir le cancer et à sauver des vies. C’est vraiment aussi simple que cela », dit Susan Flynn, gestionnaire principale, prévention, Société canadienne du cancer, Division de l'Ontario. « La décision d’un parent de signer le formulaire de consentement à l’immunisation aujourd’hui peut aider à prévenir que leurs enfants aient de nombreux types de cancer liés au VPH plus tard dans leur vie. »

Le programme de vaccination en milieu scolaire en Ontario est présentement disponible seulement pour les filles, commençant en 8e année. La Société fait appel au gouvernement provincial pour qu’il inclut les garçons parce qu’un programme de vaccination s’adressant seulement aux filles n’assure pas une protection complète pour les hommes. Un sondage commandé en 2014 par la Société indique que 86 % des Ontariens sont d’accord pour que le gouvernement finance aussi la vaccination des garçons de 8e année contre le VPH. L’Ontario a du retard. L’Île-du-Prince-Édouard, l’Alberta et la Nouvelle-Écosse ont déjà pris des mesures pour offrir une couverture complète aux garçons.  

Les systèmes immunitaires plus jeunes répondent mieux à l’immunisation contre le VPH et c’est pourquoi les garçons et les filles sont vaccinés vers la 8e année. Le vaccin anti-VPH a fait l’objet de beaucoup de recherche, est sécuritaire et le plus efficace avant l’exposition au virus.

Pour plus d’information sur le vaccin anti-VPH, visitez cancer.ca/vaccinVPH ou appelez un des spécialistes en information de la Société canadienne du cancer au 1 888 939-3333.


À propos de la Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à caractère communautaire, voué à prévenir le cancer, à sauver des vies et à appuyer les personnes vivant avec le cancer par le biais du financement de la recherche, des services et de la défense de l'intérêt public. Nous sommes le plus important organisme de bienfaisance au Canada luttant contre tous les types de cancer et chef de file en matière de statistiques et d'information sur le cancer. Pour plus d'information, composez le 1 888 939-3333 ou visitez cancer.ca.

Renseignements :

Justin Edmonstone

Affaires publiques

Société canadienne du cancer

Division de l’Ontario

Téléphone : 416-323-7026