A A A

Les recherches en ligne à propos du cancer suscitent confusion et inquiétude chez les Canadiens

29 mars 2016

Toronto -

Près de la moitié des adultes canadiens se posent des questions à propos du cancer et la plupart d’entre eux consultent d’abord le Web pour obtenir des réponses, ce qui les laisse à la fois désorientés, dépassés et stressés, selon une nouvelle enquête commandée par la Société canadienne du cancer.

Or, les demandes de renseignements sur le cancer sont appelées à se multiplier, car on estime que le nombre de cas de cancer pourrait augmenter de 40 % d’ici 2030 en raison du vieillissement de la population. Plutôt que de se perdre dans la surabondance d’information relayée par les moteurs de recherche, les Canadiens ont la possibilité d’appeler sans frais le Service d’information sur le cancer de la Société. Au bout du fil, ils trouveront un expert en information sur le cancer qui les aidera à trouver des réponses à leurs questions et à explorer les ressources disponibles.

Cette année, dans le cadre du lancement de son Mois de la jonquille, la Société célèbre le 20e anniversaire du Service d’information sur le cancer. Par téléphone ou par courriel, depuis 20 ans, tous les Canadiens peuvent adresser sans frais leurs questions sur le cancer à des spécialistes en la matière. Il suffit de composer le 1 888 939-3333 ou d’écrire à info@sic.cancer.ca pour obtenir de l’information digne de confiance sur plus de 200 types de cancer et sur tous les aspects de la maladie, incluant la prévention, le traitement, le diagnostic, les soins et les services.

« Affronter soi-même le cancer ou voir un proche aux prises avec la maladie n’est pas chose facile. Une telle expérience, souvent la plus stressante de toute une vie, soulève bien des préoccupations et des interrogations », indique Pamela Fralick, présidente et chef de la direction de la Société canadienne du cancer. « On peut rapidement se sentir dépassé. Personne ne devrait affronter le cancer seul; les gens peuvent toujours compter sur notre Service d’information sur le cancer, accessible sans frais. »

Pour obtenir des renseignements fiables sur le cancer, 94 % des Canadiens font confiance aux médecins et aux professionnels de la santé; toutefois, seulement 8 % s’adressent d’abord à eux lorsqu’ils ont des questions. Les organisations et organismes de bienfaisance dans le domaine du cancer obtiennent la confiance de 87 % des Canadiens, mais seulement 4,5 % les contactent pour obtenir de l’information.

La population se montre plus méfiante à l’égard des sources d’information en ligne : seulement 69 % s’y fient – proportion qui chute à 61 % chez les adultes de moins de 35 ans. Et pourtant, 85 % des gens à la recherche d’information sur le cancer se tournent d’abord vers un moteur de recherche.

L’accessibilité est un problème non négligeable. Plus de la moitié des Canadiens (54 %) disent qu’il est difficile de joindre les membres de leur équipe médicale pour leur parler, alors que le Web est très facilement accessible. Cette facilité d’utilisation comporte toutefois des effets pervers. Les deux tiers (66 %) des gens se sentent dépassés par la quantité d’information trouvée sur le Web; ces renseignements sont source de stress et d’inquiétude pour 62 % des Canadiens, et même pour 70 % des 18 à 34 ans.

Depuis 1996, la Société canadienne du cancer a répondu à 1 250 000 questions par l’entremise de son Service d’information sur le cancer. Flynn deHamilton est l’une des nombreuses personnes qui ont bénéficié de l’aide d’un spécialiste en information sur le cancer.

« Parler avec le spécialiste en information sur le cancer a été une expérience tellement positive. C’est difficile de digérer un diagnostic de cancer, surtout en phase terminale, et le fait d’avoir des services disponibles pour nous aider fait toute la différence, déclare Flynn. Je recommande fortement le Service d’information sur le cancer. C’est réconfortant de savoir qu’il y a effectivement quelqu’un pour nous aider. »

Il est important de préciser que lorsqu’une personne communique avec le Service d’information sur le cancer pour obtenir des renseignements, elle le fait en toute confidentialité. Elle ne sera pas sollicitée pour des dons et son nom ne sera pas inscrit sur une liste d’envoi.

Les services d’information et de soutien sont au cœur du mandat de la Société; le Mois de la jonquille est l’occasion par excellence de mieux faire connaître notre Service d’information sur le cancer. Les résultats de notre enquête indiquent également que les médecins et les professionnels peuvent aider grandement à passer le mot.

Lorsqu’on leur a appris l’existence du Service d’information sur le cancer, 64 % des répondants ont déclaré qu’ils feraient appel à ce service au lieu de chercher en ligne, et 82 % ont dit qu’ils seraient plus enclins à contacter nos spécialistes en information si leur médecin ou leur équipe soignante leur conseillait de le faire.

Jennifer Wiernikowski connaît bien la valeur du Service d’information sur le cancer et l’a recommandé à bon nombre de ses patients. Madame Wiernikowski est infirmière praticienne au Juravinski Cancer Centre à Hamilton et membre de l’Association canadienne des infirmières en oncologie.

« J’encourage tous mes patients et leurs proches à communiquer avec le Service d’information sur le cancer », déclare madame Wiernikowski. « Ce service est une source d’information et de soutien des plus fiables. Les spécialistes qui y travaillent prennent le temps qu’il faut pour répondre à toutes les questions des utilisateurs – et même celles qu’ils ne songent pas à poser. »

À propos du Mois de la jonquille

Au cours du mois d’avril, Mois de la jonquille, les bénévoles de la Société participent à de nombreuses activités afin de recueillir des fonds pour la lutte contre le cancer, notamment la vente d’épinglettes et de jonquilles fraîches.

L’argent recueilli durant le Mois de la jonquille aide les personnes atteintes de cancer et leurs familles partout au Canada. Ces dons permettent de financer des services de soutien, des projets de recherche qui sauvent des vies ainsi que des activités de défense de l’intérêt public, de sorte que moins de Canadiens seront touchés par la maladie.

En avril, joignez-vous au combat. Appuyez les Canadiens touchés par le cancer à l’occasion du Mois de la jonquille. Plus de détails à cancer.ca/jonquille.

À propos de l’enquête

Les 7 et 8 décembre, Vision Critical® a mené une enquête en ligne auprès de 1508 adultes canadiens sélectionnés au hasard parmi des membres du Forum Angus Reid. La marge d’erreur, qui mesure la variabilité de l’échantillonnage, est de +/- 2,08 %, 19 fois sur 20. Afin d’obtenir un échantillon représentatif de l’ensemble de la population adulte du Canada, les résultats ont été statistiquement pondérés selon le niveau de scolarité, l’âge, le sexe et la région (et, au Québec, selon la langue) à partir de données de recensement. Les écarts dans les totaux ou entre eux sont attribuables à l’arrondissement des données.

À propos de la Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à caractère communautaire, dont la mission est l’éradication du cancer et l’amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Grâce à nos donateurs et à nos bénévoles, la Société est l’organisme qui a le plus d’impact, sur le plus de cancers, dans le plus de collectivités au Canada. Pour de plus amples renseignements, visitez cancer.ca ou appelez notre Service d’information sur le cancer, un service bilingue et gratuit, au 1 888 939-3333 (ATS : 1 866 786-3934). Faites un don aujourd’hui à cancer.ca. 

Pour obtenir plus de renseignements ou pour organiser une entrevue avec un utilisateur du Service d’information sur le cancer ou une infirmière en oncologie de votre région, communiquez avec :

Daniel Paquette, dpPR
dp@dppr.ca
Cell:416-559-2694
Tel: 416-413-7714

Rosie Hales, Spécialiste des communications
rosie.hales@cancer.ca

Société canadienne du cancer
bureau national
Tel: 416 934-5338