Les recommandations d’un rapport du gouvernementfédéralsur la pénurie de medicaments insuffisantes pourprotéger les patients

10 juin 2012

Toronto -

Les recommandationsformuléesdans un rapport de la Chambre des communes sur la pénurie de médicaments ne protégeront pas la santé des patients et ne sauraientremplacer le solide leadership du gouvernement en la matière, affirme la Sociétécanadienne du cancer.

Le Comité permanent de la Chambre des communessur la santé, qui a déposé son rapport vendredi, a fourni des recommandations après avoirexaminé le rôleque jouent le gouvernement et l'industrie pour determiner l'approvisionnement en médicaments au Canada.

Les recommandations du rapport n'ont pas répondu à la motion que les députés du gouvernement federal ontadoptée à l'unanimité le 14 mars dernier et qui invitait le gouvernement fédéral à faire preuve de leadership pour pallier les pénuries de médicaments au Canada. La motion demandait au gouvernement fédéral de :

Collaborer avec les provinces, les territoiresetl'industrie à l'élaborationd'unestratégienationalevisant à prévoir, à repérer et à gérer les pénuries de médicaments.

Obliger les fabricants de médicaments à signaler sans délai à Santé Canada, aux provinces et aux territoirestoute perturbation ou interruption planifiée de la production de médicaments.

Accélérerl'examen des soumissionsréglementairesafinque des medicaments sûrset efficacies deviennentaccessiblesà la population canadienne.

« Nous sommesdéçusque les recommandations du rapport ne proposent pas de mesuresolideetconcrète pour respecter les objectifsque les deputes ontexigés à l'unanimité, a déclaré Paul Lapierre, vice-président, Affaires publiques et lute contre le cancer, Sociétécanadienne du cancer. Les pénuries de médicaments constituent un problem d'ordre national, qui ne sauraitêtrerésolu sans unestratégiepancanadienne. Si le gouvernement federal estpréoccupé par le bien-être des patients dansce pays, ildoitmontrer la voie en adoptantunestratégienationale pour réduire les pénuries de médicaments. »

La Sociétéreconnaîtqu'une recommendation formulae dansce rapport - en l'occurrence, quel'Agencecanadienne des médicaments et des technologies de la santé dresseuneliste de medicaments essentiels et fournisse des directives cliniquessurd'autrestraitements - est un petit pas dans la bonne direction. Toutefois, le rapport n'exige pas des companies pharmaceutiquesqu'ellessignalent la perturbation oul'interruption de la production de médicaments. En outre, il ne fournit pas de propositions concrètes pour empêcher les penuries ou les gérerquand ells surviennent.

« Il est inacceptable que des patients qui vivent déjà unepériodedifficiledoivent en plus se soucierd'obtenir les medicaments don’t ilsontbesoin pour leurtraitement, a déclaré Dan Demers, directeur, Questions d'intérêt public, Sociétécanadienne du cancer. Cela fait plus de 18 moisque les pénuries de médicaments constituent un grave problème. Ilest temps que les autoritésfédérales y remédient. »

La Société canadienne du cancer estimeque le gouvernement federal doit examiner trois domains clés pour résoudre les pénuries de médicaments qui frappent le Canada. Il doit :

  • Obliger les companies pharmaceutiques à signaler toutepénurie de medicaments éventuelle.
  • Faire preuve de leadership etélaborer des stratégies pour gérer les pénuries de medicaments dèsqu'ellessurviennent.
  • Chercher des moyensd'éviter les pénuries de médicaments.

« Un point de depart logique pour trouver des solutions efficacies consisterait à s'assurerque les professionnels de la santé et leurs patients aientvraimentaccès aux renseignementsconcernant les pénuries de médicaments, a précisé M. Demers. Nous recommandonsque les companies pharmaceutiquessoienttenuesd’aviser Santé Canada de toutepénurie de produit prevue dèsqu'ellesenvisagentcettepossibilité. »

Les autresrecommandations du Comité permanent de la Chambre des communes comprennent les faitssuivants:

  • Envisager de faire passer l'obligationfaite aux companies pharmaceutiquesd’aviser Santé Canada d'une interruption de produit de 30 jours à six mois.
  • Demander à l'Agence de la santé publique du Canada d'élaborerunepolitiquesur le recoursauSystème de reserve nationaled’urgence pendant les pénuries de medicaments essentiels.
  • Encourager Santé Canada à poursuivresa collaboration avec l'Organisationmondiale de la Santé et l'Organisation de Coopération et de DéveloppementÉconomiques(OCDE) pour les questions de pénuries.

Depuis deux outroisans, les pénuries de medicaments sont de plus en plus fréquentes au Canada etailleursdans le monde. Elles se sontfortementaggravées en raison du ralentissement de la production par la société pharmaceutique Sandoz Canada, établie au Québec. Bien quecette situation touche de nombreux patients, elle est particulièrement préoccupante pour les patients atteints de cancer, d'autantque Sandoz fournit environ 90 % des medicaments injectables au Canada, en particulier des medicaments analgésiques, et est le principal fabricant de medicaments génériques pour le cancer et autres traitements complémentaires.

Renseignements :

Christine Harminc

Senior Manager, Communications & Media Relations

Société canadienne du cancer, Bureau national

Téléphone : 416 934-5340