A A A

Le Mémo-mamo : idéal pour rappeler l’importance de la mammographie

Pour ne pas oublier d’acheter une pinte de lait, il y a les post-it. Pour ne pas oublier le plus important, il y a le Mémo-mamo. Cette année encore, la SCC mise sur ce porte-clés pour rappeler aux femmes l’importance de la mammographie pour détecter le cancer du sein. Car détecté à un stade précoce, ce cancer a un taux de survie qui peut grimper à 100 %.

Si le cancer du sMamogrpahieein est le plus courant chez les femmes, le taux de mortalité pour ce type de cancer ne cesse de diminuer. Depuis 1986, il a chuté de 44 %. Pourquoi un tel gain? Parce que les femmes ont maintenant accès à des traitements plus efficaces, mais aussi parce qu’elles reçoivent un diagnostic plus tôt grâce au dépistage par mammographie.

Plus le cancer du sein est détecté rapidement, meilleures sont les chances de survie. Une détection précoce peut également permettre de diminuer la durée du traitement et la convalescence. Pour toutes ces raisons, la SCC recommande aux femmes âgées entre 50 ans et 69 ans de passer une mammographie tous les deux ans. Cette radiographie des seins permet de déceler des changements qui sont trop petits pour être palpés par une femme et même un médecin. Il est démontré que les femmes qui passent régulièrement des mammographies survivent davantage au cancer du sein.

Pour rappeler aux femmes l’importance de la mammographie et les encourager à participer au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), la Société canadienne du cancer mise sur le Mémo-mamo depuis près de 10 ans. Encore cette année, l’humoriste Lise Dion soutient cette campagne en tant que porte-parole. En octobre, afin de joindre plus de femmes, un réseau de marraines et d’ambassadrices se mettra en place partout au Québec. Elles iront à la rencontre des femmes de 50 ans et plus et leur présenteront le Mémo-mamo. Selon Marie-Hélène Lully, ambassadrice de la communauté haïtienne , « le Mémo-mamo est un outil vraiment exceptionnel pour sensibiliser les femmes à la question du dépistage du cancer du sein. Parce que c’est simple, ça vulgarise bien… »

Dès la fin du mois de novembre, le Mémo-mamo sera en vente chez Jean Coutu. Gardez l’œil ouvert, il s’est refait une beauté. 

Programme de dépistage du cancer du sein

Le saviez-vous? Dans les années 1980, la SCC a financé la mise en œuvre de l’Étude nationale sur le dépistage du cancer du sein, dont le but était d’évaluer les avantages de la mammographie et de l’examen des seins pour la détection précoce du cancer du sein. L’étude, portant sur près de 90 000 Canadiennes, a influencé la politique gouvernementale de dépistage du cancer du sein. Aujourd’hui, toutes les provinces canadiennes ont en place un programme universel de dépistage du cancer du sein. Depuis 1998, le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) invite les femmes âgées de 50 à 69 ans à passer une mammographie tous les deux ans.